24 % des Belges ne disposent pas d'une épargne suffisante pour couvrir un mois minimum de perte de revenus

13/12/13 à 07:23 - Mise à jour à 07:23

Source: Moneytalk

Selon un sondage de l'assureur vie Delta Lloyd Life auprès de 1000 Belges, 77 % de ceux-ci ont une confiance " démesurée et irréaliste " dans le filet de sauvetage social en cas d'incapacité de travail. Et pas moins de 61 % se soucient d'une possible perte de revenus consécutive à une incapacité de travail soudaine.

Avec respectivement 68 % et 67 %, ce sont les personnes isolées et les couples avec enfants qui s'en préoccupent le plus. Mais plus de la moitié des ménages sans enfant s'en soucient également. Comme l'atteste cette enquête, la perte de salaire constitue une préoccupation : 39 % des Belges ont eux-mêmes été victimes d'une perte de revenus en raison d'une incapacité de travail. Les femmes (45 %) et les personnes isolées avec des enfants vivant sous le même toit (56 %) sont à cet égard les plus concernées. Et pas moins de 24 % des Belges ne disposent pas d'une épargne suffisante pour couvrir une période minimale d'un mois de perte de revenus. Et ce pourcentage s'élève à 39 % si l'on se base sur la règle générale, recommandant aux ménages une épargne de trois mois pour faire face à un éventuel coup dur financier imprévu. " Dès lors, beaucoup de Belges soudainement confrontés à une maladie de longue durée ou à un licenciement ne sont guère préparés à cette perte financière brutale. " (Belga)

Nos partenaires