Ces compagnies aériennes vous emmènent outre-Atlantique à petits prix

19/09/16 à 11:31 - Mise à jour à 16:03

Source: Moneytalk

Des vols pas chers vers l'Espagne ou la France, ce n'est pas nouveau. Mais de plus en plus de compagnies low cost proposent des voyages à petits prix vers d'autres continents. Voler à 150 euros vers les États-Unis n'en est qu'un exemple.

Ces compagnies aériennes vous emmènent outre-Atlantique à petits prix

© iStock

Ryanair, Vueling et Easyjet ne sont plus des inconnus depuis longtemps pour les voyageurs attentifs aux dépenses. Selon De Morgen, quatre vols court-courriers sur dix sont réalisés par une compagnie à bas prix. Et maintenant, ces compagnies visitent des contrées encore plus lointaines.

Vers New York

La société French Blue promet ainsi qu'elle peut faire voler des voyageurs à partir de Paris vers la République Dominicaine pour 149 euros par personne. Norwegian propose aussi une action de ce type. Cette compagnie fait savoir qu'elle peut proposer un vol vers New York pour 159 euros. Et les amateurs de soleil peuvent voler vers Miami pour 20 euros de plus. Wow Air propose aussi des vols transatlantiques, notamment à partir de Berlin, pour 129 euros.

Selon l'expert en aviation Luk De Wilde, pour comprimer les coûts, les compagnies utilisent les mêmes techniques que pour les vols courts-courriers. "Les voyageurs doivent notamment payer des suppléments pour manger et boire à bord de l'avion, ou s'ils désirent emporter des bagages supplémentaires", dit-il dans le journal. "Les salaires du personnel sont également inférieurs dans les compagnies à bas coûts. Les jeunes voient cela comme un tremplin vers un employeur plus important."

En outre, les compagnies essaient de transporter le plus de passagers possible. De Wilde cite l'exemple de French Blue: "Celle-ci met plus de sièges que les autres compagnies dans l'Airbus A330: plus de revenus, moins de largeur pour les sièges."

Pas une concurrence

Selon l'économiste des transports Eddy Van de Voorde, les compagnies classiques ne doivent pas directement craindre ces casseurs de prix. "Si elles effectueront à terme 10% des vols longs-courriers, ce sera déjà beaucoup", ressort-il. De Wilde estime que d'ici dix ans, elles représenteront maximum 5%. Il souligne que lorsqu'ils planifient un long voyage, les gens désirent payer un peu plus pour le confort.

En conclusion, De Wilde met en garde dans le journal par rapport aux publicités des sociétés low cost. "Beaucoup de compagnies aériennes font de la publicité pour des vols à partir d'un certain montant, alors qu'en réalité, vous payez presque toujours plus."

(NS)

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos