L'oubli qui coûte 226 euros par an aux salariés belges

22/12/15 à 10:20 - Mise à jour à 10:19

Source: Moneytalk

Chaque année, les salariés belges offrent 200 millions d'euros à leurs employeurs en notes de frais non déclarées. C'est ce qui ressort d'une étude internationale auprès de 2.000 personnes réalisée par Unit4, un fournisseur de logiciels d'entreprise.

L'oubli qui coûte 226 euros par an aux salariés belges

© Thinskstock

Un Belge sur cinq explique ne pas toujours introduire ses notes de frais. Les salariés belges perdent ainsi 226 euros par personne et par an en moyenne, contre 212 euros dans le reste du monde. Les salariés américains font le plus beau cadeau à leurs employeurs avec 347 euros par an, ce qui représente pas moins de 8,7 milliards d'euros pour tous les États-Unis.

Processus de déclaration trop frustrant

Dans d'autres pays aussi, les employeurs font de bonnes affaires grâce aux frais jamais réclamés. En Allemagne, 12 % des salariés n'introduisent pas toutes leurs notes de frais, ce qui représente 292 euros par personne et par an, soit 1,3 milliard d'euros au total. En Grande-Bretagne, c'est également 1,3 milliard et un milliard au Canada. En France, c'est plus de 500 millions d'euros. Aux Pays-Bas, 500 millions.

Les salariés ont différentes raisons pour ne pas toujours introduire leurs notes de frais, mais la principale est "le processus de déclaration frustrant et fastidieux" (25% des sondés).

En Belgique, 41 % des salariés évoquent cette raison.

25 % des sondés déclare devoir attendre plus d'un mois pour que les notes de frais soient remboursées. Dans certains pays, les salariés ont même l'impression de manquer d'argent du fait qu'ils ne sont pas remboursés à temps. C'est le cas pour quatre Américains sur dix et un Français sur quatre.

L'enquête montre que les salariés belges ont le sentiment que leur employeur profite financièrement de la situation. 20 % pensent ainsi que leur employeur tire un avantage financier du processus de déclaration. La Belgique est assez bien placée en la matière, puisque les Etats-Unis (42%), l'Espagne (29 %), la Suède (26 %), la Grande-Bretagne (25 %), la France (23 %) et le Canada (21 %) font moins bien. Seuls les Pays-Bas (11 %) et l'Allemagne (10 %) font mieux.

En savoir plus sur:

Nos partenaires