La Finlande teste le revenu de base

03/01/17 à 10:42 - Mise à jour à 10:41

Source: Moneytalk

En Finlande, 2000 habitants bénéficiant d'une allocation de chômage recevront désormais un revenu de base de 560 euros par mois.

La Finlande teste le revenu de base

© Getty Images/iStockphoto

Le revenu de base gagne en importance dans plusieurs pays européens. La Suisse était un des premiers pays européens à vouloir tester le revenu de base à grande échelle. Mais la proposition a été abandonnée après le rejet par la population au cours d'un référendum. En Finlande, les esprits sont mûrs pour envisager un revenu de base. Le pays va expérimenter un revenu inconditionnel pour ses citoyens. Les autorités ont sélectionné 2000 Finlandais au hasard, qui recevront 560 euros par mois au cours des deux prochaines années. Le Premier ministre finlandais Juha Sipilä, à l'origine de l'idée, désire étudier si un revenu de base incite les gens à rechercher du travail.

"Actuellement, beaucoup de Finlandais au chômage n'osent pas prendre un petit job, de peur qu'il leur reste moins de salaire après impôt que leur allocation", explique Marjukka Turunen de l'institut de sécurité sociale dans De Standaard. Aux Pays-Bas aussi, quelques communes démarrent un projet pilote similaire. Wageningen, Utrecht, Groningen et Tilburg n'obligeront plus leurs habitants à postuler lorsqu'ils reçoivent une allocation de chômage. Ils pourront toutefois se faire de l'argent supplémentaire jusqu'à un maximum de 20,4% de l'allocation. Tout comme la Finlande, les Pays-Bas désirent étudier si les gens trouvent de la sorte plus rapidement du travail.

Pas un revenu de base pur sang

Cependant, la Nederlandse Vereniging Basisinkomen (Association hollandaise Revenu de base) ne parle pas de revenu de base. Selon l'association, un revenu de base n'en est un que s'il est pour tout le monde, individuel, sans condition en terme de revenus, de fortune ou de contrepartie, et suffisamment élevé pour en vivre. La probabilité reste néanmoins particulièrement faible qu'un revenu de base inconditionnel voie le jour chez nos voisins du nord. Selon le Bureau du Plan Central (CPB), l'instauration de celui-ci se ferait aux dépens de l'emploi. "Les impôts devraient solidement augmenter pour garantir à chaque citoyen des Pays-Bas un revenu de base de 8.200 euros par an. Cela découragerait le travail de telle sorte que les femmes notamment choisiraient de travailler moins d'heures", selon le CPB.

En France aussi, le revenu de base pourrait se retrouver sur la table gouvernementale après les élections présidentielles. Le Premier ministre français Manuel Valls, qui est dans la course à la présidence, a déjà fait savoir qu'il désire envisager le revenu de base. Il aurait déjà pris contact avec un certain nombre d'économistes pour voir à quoi cette idée pourrait ressembler dans la pratique. Entre-temps, la délégation française a déjà visité plusieurs pays européens également intéressés par le revenu de base. Cette délégation doit étudier si le revenu de base est oui ou non une utopie.

Le revenu de base ne laisse également pas les Belges indifférents. Le président de l'Unizo notamment, Karel Van Eetvelt, faisait savoir en juin qu'il est favorable à une étude sur un nouveau statut social, qui inclurait un tel revenu de base. L'organisation patronale a l'espoir qu'un tel système incitera plus de personnes à entreprendre. Il n'y a néanmoins encore aucune expérimentation à l'oeuvre dans notre pays.

Nos partenaires