'Les Belges préfèrent le sac bleu aux emballages consignés'

22/07/15 à 16:34 - Mise à jour à 16:34

Source: Moneytalk

Si les Belges ont le choix entre l'introduction d'une caution sur les bouteilles en plastique et les boîtes de conserve ou le maintien du système du sac bleu "PMC", 45% d'entre eux choisissent le sac bleu et 22,4% optent pour les emballages consignés.

'Les Belges préfèrent le sac bleu aux emballages consignés'

© Belga

La ministre flamande de l'Environnement Joke Schauvliege (CD&V) a annoncé le 23 juin au Parlement Flamand qu'elle fait examiner si un système avec une caution de 25 cents par emballage en matières plastiques ou métalliques est réalisable. Seuls les grands centres de distribution seraient obligés de reprendre les emballages.

Dans le cadre de la discussion à propos d'une possible instauration d'une caution sur les bouteilles en plastique et les emballages métalliques, iVOX a interrogé un échantillon représentatif de 1.000 Belges âgés de 18 ans et plus entre le 21 et le 28 mai.

Le sac bleu reste populaire

88% des personnes interrogées accordent beaucoup d'importance au tri et au recyclage des emballages et 76,4% sont contentes du système de tri actuel avec le sac bleu, 6,1% évaluent la collecte actuelle négativement. Si elles doivent choisir entre le système actuel et l'implémentation d'une consigne, 22,4% des personnes choisissent la consigne, 32,6% sont neutres et 45% veulent maintenir le système actuel avec les sacs bleus PMC. Les arguments contre la caution sont la facilité d'utilisation du système actuel avec les sacs bleus, le manque d'espace pour un flux de déchets séparé supplémentaire et la perte de temps pour, en plus du tri des conserves et des bouteilles, devoir encore retourner au magasin pour les y apporter.

Contre la hausse de prix

Trois quarts des personnes interrogées ne sont pas d'accord avec une hausse de prix du produit (en sus de la caution) causée par les coûts supplémentaires pour la mise en place d'un point de collecte, les machines, le traitement et les aspects logistiques. Une large majorité envisage la lutte contre les détritus de préférence par l'imposition de peines plus sévères (90%), plus de sensibilisation (87%) et plus de poubelles dans les rues (83%).

L'enquête a été commanditée notamment par Fost Plus, la Fédération de l'Industrie Alimentaire (FEVIA), la fédération du commerce Comeos, l'organisation des entreprises Unizo, le Voka, les Brasseurs Belges et la Fédération de l'Industrie belge des Eaux et Boissons rafraîchissantes (FIEB).

Nos partenaires