"Les épargnants ne doivent pas uniquement mettre leur argent sur un livret d'épargne"

29/04/16 à 14:28 - Mise à jour à 14:27

Source: Moneytalk

Le président de la BCE, Mario Draghi, est conscient de l'impact de sa politique sur les épargnants. "Mais il y a aussi d'autres possibilités pour eux", estime-t-il.

"Les épargnants ne doivent pas uniquement mettre leur argent sur un livret d'épargne"

© Reuters

Le président de la BCE Mario Draghi comprend les inquiétudes des épargnants au sujet des faibles taux d'intérêt sur leurs économies. "Nous sommes très conscients de la situation des épargnants. Les épargnants doivent vivre avec de faibles taux d'intérêt, pas seulement en Allemagne", explique le banquier le plus important d'Europe dans une interview pour le journal allemand Bild. "En Amérique aussi par exemple, les épargnants ont dû faire face à sept années à 0% d'intérêt sur l'épargne."

Mais, selon Draghi, le consommateur peut aussi prendre les choses en main. "Les épargnants ne doivent pas uniquement mettre leur argent sur un livret d'épargne. Il y a aussi d'autres possibilités".

Pas d'alternative aux faibles taux d'intérêt

Partager

Beaucoup d'épargnants peuvent bénéficier des faibles taux d'intérêt

Dans le journal, le président souligne qu'il n'y a pas d'alternative aux faibles taux d'intérêt. "Si nous augmentions les taux maintenant, ce serait néfaste pour la croissance économique. Une déflation, suivie par une récession et du chômage, serait alors inévitable", continue-t-il. "Les taux d'intérêt sur l'épargne sont indissociablement liés à la croissance. A partir du moment où il y a inflation, il y a croissance, et les taux d'intérêts augmenteront." Il réaffirme par cela que la mission principale de la Banque centrale européenne est encore et toujours une inflation juste en-dessous des 2%.

"En outre, beaucoup d'épargnants peuvent maintenant bénéficier des faibles taux d'intérêt", dit-il encore dans le journal. "Les faibles taux d'intérêt sont avantageux pour les acheteurs d'habitation, les payeurs d'impôt, les entrepreneurs et les employés au sein de ces entreprises."

Les taux faibles, pas avantageux pour tous les pays

Les Allemands, entre autres, sont critiques vis-à-vis de la politique de la BCE. Ils sont persuadés que les conséquences négatives des taux bas pèsent plus lourd. Mais c'est inexact, selon Draghi. "Ce qui compte, c'est ce que vous gagnez en termes réels (intérêts moins inflation). Et cette différence se situe à un niveau plus élevé que dans les années 90", ressort-il.

Cette déclaration ne convient cependant pas pour la Belgique. Alors que l'inflation européenne est négative, celle dans notre pays a augmenté jusqu'à 2,24% en mars. Nous perdons par conséquent du pouvoir d'achat du fait des faibles taux d'intérêt. Aux Pays-Bas également, où l'inflation se situait à 0,6% en mars, les taux bas ne sont pas une bénédiction pour tous les épargnants. Les épargnants critiques peuvent néanmoins avoir une longueur d'avance en comparant les banques. Certaines banques hollandaises offrent encore un taux d'intérêt qui dépasse l'inflation aux Pays-Bas. La déclaration de Draghi s'applique toutefois bien pour la France par exemple, où l'inflation s'élève à -0,1%.

"En outre, personne n'oblige les épargnants à laisser leur argent sur un compte d'épargne. Il existe des alternatives", rappelle-t-il dans l'interview. Il fait pour cela référence aux chiffres de la Bundesbank (la banque centrale allemande) qui démontrent que le rendement moyen sur tous les actifs des ménages allemands se situe proche des 2%.

Que pouvez-vous faire ?

Cela vaut notamment la peine de comparer les différentes formules d'épargne entre elles. Il y a encore des produits d'épargne sur le marché dont les pourcentages d'intérêt sont dix fois supérieurs aux montants minimums légaux. Sur les sites comparatifs comme bankshopper.be, vous pouvez comparer les différents comptes d'épargne.

Les épargnants peuvent aussi se tourner vers les bons de caisse, les comptes à terme, les assurances épargne, les actions coopératives, les actions à dividende ou les trackers. Certains produits comportent, il est vrai, plus de risque que d'autres.

Nos partenaires