Nouvelle attaque contre l'argent cash

01/02/16 à 15:02 - Mise à jour à 15:04

Source: Moneytalk

La suppression de l'argent liquide a déjà fait plusieurs fois l'objet de discussions. Cette fois-ci, c'est la DNB, la plus grande banque de Norvège, qui désire mettre fin aux billets et aux pièces de monnaie.

Nouvelle attaque contre l'argent cash

© iStock

Selon la banque norvégienne DNB, la suppression du cash n'offre que des avantages, comme "la diminution de la criminalité et la paralysie des circuits illégaux", peut-on lire sur le site de Business Insider. Tron Bentestuen, membre de la direction chez DNB, déclare qu'il y a 50 milliards de couronnes norvégiennes (5,3 milliards d'euros) en circulation. La banque centrale ne peut rendre compte que de 40% de son utilisation. "Cela signifie que 60% de l'argent utilisé échappe à tout contrôle".

Selon Bentestuen, c'est dû à l'argent qui circule en dehors du circuit légal. En Belgique aussi, plusieurs économistes d'envergure plaident pour la suppression du cash. Geert Noels, économiste en chef d'Econopolis, en est un protagoniste. Selon lui, la transition vers une société dans laquelle on ne pourra plus payer que par voie électronique est inévitable. "Le papier n'est plus de ce temps. De nos jours, tout est digital, sauf très précisément ce qui devrait l'être: payer", disait-il sur Radio 1 dans l'émission De Wereld Vandaag. L'an dernier, l'économiste allemand Peter Bofinger plaidait également pour la suppression de l'argent comptant.

A LIRE AUSSI: "Supprimer l'argent cash est une idée liberticide"

A LIRE AUSSI: Les dangers cachés derrière la disparition de l'argent cash

Le paiement sans contact

Mais cela prendra encore du temps avant que tous les Belges payent avec leur carte de paiement lorsqu'ils se rendent au magasin ou dans leur café préféré. C'est ce que confirmait Jean-Marie de Crayencour, le directeur de Visa Belux, au cours de la présentation des résultats de l'année de Visa. Les chiffres de Visa montrent que, dans le secteur du retail, il y a encore pour 60 milliards d'euros de paiements en cash. "Nous désirons à tout le moins remplacer une partie de ceux-ci par des paiements par carte bancaire", déclare de Crayencour. Le paiement sans contact devrait notamment y contribuer. Sur ce plan, Visa emboîte le pas à KBC et Beobank, entre autres. Visa désire en outre conquérir le marché des cartes de débit avec V-Pay.

D'autres entreprises expérimentent aussi des modes de paiement alternatifs. ABN Amro et Mastercard collaborent en effet au 'Selfie Pay', le paiement mobile au moyen d'une reconnaissance du visage. En août, ils ont démarré une phase de test auprès de 750 personnes, qui se poursuivra jusqu'au 1er juillet 2016.

Payer avec un smartphone

Apple essaie à son tour de mettre un pied en Europe avec Apple Pay. Le géant du numérique a déjà lancé le concept en Grande-Bretagne. Grâce à ce moyen de paiement, les propriétaires d'un iPhone ou d'une iWatch peuvent effectuer des paiements en mettant leur iPhone ou leur iWatch contre un terminal de paiement. Android exploite aussi un tel système de paiement.

Selon les sceptiques, cela prendra encore du temps avant que de tels moyens de paiement gagnent la Belgique. Pour commencer, il n'est pas évident que les commerçants soient prêts à accepter la nouvelle méthode de paiement. Ensuite, beaucoup d'utilisateurs se posent des questions quant à la sécurité. Les Belges restent en outre attachés à leurs billets et à leurs pièces de monnaie. "En Belgique, le cash est encore roi", dit Francis Chlarie de BelPay dans De Tijd. "Tant qu'il n'existe pas de produit de paiement plus facile que le cash, il continuera à exister."

En savoir plus sur:

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos