Pourquoi les prix augmentent plus vite en Belgique que dans les pays voisins ?

21/03/17 à 12:09 - Mise à jour à 12:12

Source: Moneytalk

Nulle part ailleurs en Europe les prix n'augmentent aussi vite qu'en Belgique. Il ressort d'une enquête de l'Observatoire des prix qu'un peu moins de la moitié de l'inflation est le résultat du tax shift.

Pourquoi les prix augmentent plus vite en Belgique que dans les pays voisins ?

© BELGA IMAGE

Alors que l'inflation dans notre pays frise les sommets, les prix aux Pays-Bas, en France et en Allemagne n'ont que légèrement augmenté. L'an dernier, l'inflation en Belgique était de 1,8% (indice des prix à la consommation harmonisé). En 2015, elle n'atteignait encore que 0,6%. Dans les trois pays voisins, l'inflation moyenne en 2016 était de 0,3%, soit 1,5% de moins que chez nous. Selon l'Observatoire des prix, cette grande différence est à attribuer aux augmentations des prix des services, des aliments transformés et de l'énergie.

"Un peu moins de la moitié de la différence d'inflation est attribuée à l'augmentation des taxes indirectes due au tax shift. A TVA et taux d'accises constants en Belgique, la différence d'inflation par rapport aux pays voisins aurait été limitée à 0,7 point de pourcentage", affirme l'Observatoire des prix dans un communiqué de presse.

Évolution trimestrielle des prix à la consommation des produits énergétiques en Belgique et dans les principaux pays voisins

Évolution trimestrielle des prix à la consommation des produits énergétiques en Belgique et dans les principaux pays voisins © SPF Économie

Augmentation des prix de l'électricité

Partager

2016 a été une année atypique, car une diminution des prix pétroliers s'accompagne en général d'une inflation très faible

Ludovic Dobbelaere du Bureau fédéral du plan parle d'une année atypique, car une diminution des prix pétroliers s'accompagne en général d'une inflation très faible. "Mais ce n'était clairement pas le cas étant donné la contribution considérable des prix de l'électricité dans l'inflation", ressort-il.

La diminution des prix à la consommation des carburants, du mazout et du gaz naturel a été compensée par l'augmentation des prix de l'électricité. Selon l'Observatoire des prix, les prix de l'électricité ont augmenté, en moyenne, de 11,9% en 2015 et de 28,3% en 2016. Cette hausse est surtout la conséquence de la hausse de TVA de 6 à 21% depuis septembre 2015.

L'augmentation d'autres taxes (surtout la contribution pour le Fonds énergie en Flandre depuis mars 2016), la suppression de l'électricité gratuite en Flandre (dans l'indice depuis mai 2016) et la hausse des tarifs de distribution entre 2015 et 2016 sont aussi responsables de l'augmentation des prix de l'électricité. En moyenne, les carburants et le mazout sont respectivement devenus moins chers l'an dernier de 5,3% et 17,4%. Pour le gaz naturel, nous devions payer en moyenne 11,8% de moins.

Alors que les prix de l'énergie dans notre pays sont restés relativement stables, ceux de la France, de l'Allemagne et des Pays-Bas ont diminué de 4,5% en moyenne. La Creg a calculé que la facture d'électricité était l'an dernier en moyenne 4,8% plus élevée en Belgique qu'aux Pays-Bas, en France et en Allemagne. Ensuite, la facture de gaz naturel était, comparativement à ces pays, 14,1% inférieure en Belgique. Les différences de prix d'un pays à l'autre restent franchement considérables.

Tabac et alcool plus chers

Outre le poids de la facture d'électricité l'an dernier, nous avons aussi payé davantage pour l'alcool et le tabac. Le gouvernement fédéral a relevé les accises sur les boissons alcoolisées et le tabac l'an dernier, dans le cadre du tax shift. De ce fait, les prix à la consommation pour les aliments transformés se situaient l'an dernier à un niveau supérieur de 3,5% à ceux de 2015. Dans les principaux pays qui nous entourent, ces prix ont augmenté en moyenne de 0,4%. Les prix du lait sont également à la base de l'inflation. Nous avons payé respectivement 8,4% et 6,7% de plus en 2016 pour le lait demi-écrémé et le lait entier. Cette forte augmentation est surtout la conséquence de l'accord salarial intervenu fin mai 2016. Au dernier trimestre de 2016, les prix du lait ont ensuite à nouveau fortement diminué, mais trop peu pour compenser les hausses des trimestres précédents.

Les prix des services ont également augmenté plus rapidement dans notre pays que dans les pays limitrophes. L'an dernier, les services sont devenus 2,2% plus chers, alors que la hausse chez nos voisins était limitée à 1%. C'était la neuvième année successive que les prix des services en Belgique augmentent beaucoup plus qu'à l'étranger. Cette solide hausse peut être mise à l'actif des sociétés de télécom. Ces dernières ont augmenté les prix de 4,2% l'an dernier. Et les additions des restaurants et des cafés sont également devenues plus salées en 2016.

Que nous réserve 2017?

Kris Peeters, ministre de l'Economie

Kris Peeters, ministre de l'Economie © ERIC LALMAND/BELGAIMAGE

Le ministre de l'Economie Kris Peeters a déjà fait savoir qu'il prévoit une diminution des fortes différences de prix dans le secteur des services à court terme. Pour l'horeca, Peeters prévoit que la différence se réduira les prochaines années, du fait que le secteur est en transition. Pour les télécoms, Peeters attend beaucoup du easy switch qui, à partir de juillet, devrait rendre le changement d'opérateur plus facile pour le consommateur en ce qui concerne les packages.

Dobbelaere prévoit que les prix pétroliers augmenteront cette année jusqu'à 56 dollars américains et que l'inflation belge grimpera jusqu'à 2,2% (1,8% en 2016). "Ce pourcentage masque une contribution positive considérable des prix des produits pétroliers à l'inflation et la disparition, dans une large mesure, de la contribution des prix de l'électricité à l'inflation de 2016", affirme-t-il.

Après une inflation de 2,97% en février, Dobbelaere prévoit une diminution de celle-ci suite à la disparition de l'effet à la hausse de la taxe dite Turtelboom. "De ce fait, l'inflation sera plus faible en mars qu'en février", explique-t-il. "En mai, une diminution sera ensuite la conséquence de l'extinction de l'influence de la suppression des 'kWh gratuits' en Flandre."

Nos partenaires