Vivre seul : une liberté qui coûte cher

08/12/15 à 13:38 - Mise à jour à 13:36

Source: Moneytalk

Notre société est encore largement réglementée en fonction de la famille classique. Elle ignore la montée en puissance de l'isolé. Alors qu'actuellement, près d'un ménage belge sur trois ne comprend qu'une personne.

Vu de l'extérieur, vivre seul peut être synonyme d'une plus grande liberté. Mais le prix à payer s'avère souvent élevé. Au niveau fiscal d'abord, car notre régime d'imposition n'est pas tendre pour les isolés. Bonus logement, titres-services, précompte immobilier et plus récemment taxe Turtelboom : autant de mesures qui désavantagent les isolés. Ensuite au niveau des achats et des frais généraux de la vie quotidienne qu'il faut assumer en solo. Aussi, la solitude et les soucis financiers traversent-ils en fil rouge l'existence de celles et ceux qui vivent seuls.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires