Les belles opportunités immo à un jet de pierre de la côte belge

15/06/15 à 12:43 - Mise à jour à 12:43

Vous avez envie d'acquérir une résidence secondaire en bord de mer, en France, à un prix abordable ? Sachez que la côte Nord de l'Hexagone offre de nombreuses opportunités d'achat.

De l'avis d'Alain Requier, CEO d'Immo Côtier, société de conseil en patrimoine pour les Belges qui investissent en France, un investissement immobilier dans le Nord de la France offre de bonnes perspectives de rendement. Sur la Côte d'Opale et en Baie de Somme, les prix des appartements sont moins chers qu'à la côte belge. Il est par exemple possible d'y investir dans une construction neuve, à moins de 100 mètres de la plage, pour le prix d'un appartement dans un immeuble âgé d'une trentaine d'années chez nous, soit dans une fourchette de 250.000 à 300.000 euros. A Deauville, dans le Calvados, et Hardelot, sur la Côte d'Opale, des villes très prisées, les prix restent 25 % inférieurs à ce qu'ils sont à Oostduinkerque et à Nieuport.

Alain Requier épingle, pour ceux qui n'achètent pas un bien uniquement dans le but d'y passer leurs vacances, trois secteurs dans lesquels il est intéressant d'investir. Les résidences pour séniors, une catégorie de la population française appelée à croître encore dans les années à venir. Les hôtels, dont le rendement est deux fois plus élevé que celui d'une location annuelle. Et les résidences de tourisme qui, en l'absence du propriétaire, sont exploitées comme des hôtels.

Quelle fiscalité?

Si vous achetez un bien en France, vous devrez vous y acquitter de la taxe foncière, déterminée à partir de la valeur locative cadastrale du logement, et de la taxe d'habitation. Dans votre déclaration à l'impôt des personnes physiques belge, vous devrez indiquer la valeur locative du bien s'il n'est pas mis en location ou le loyer brut réel et les avantages locatifs s'il est loué. Vous ne serez pas imposé sur le loyer ou la valeur locative : ces montants seront pris en compte pour le calcul du taux d'imposition de vos revenus en Belgique. Ainsi, si vos revenus en Belgique sont déjà imposés au taux le plus élevé (50 %), vos revenus en France n'auront plus d'influence sur l'imposition en Belgique.

Sachez en outre que si vous réalisez une plus-value sur la revente d'un bien en France, vous serez redevable de la taxe sur la plus-value, en principe de 19 %, que le notaire prélèvera à la source. Une bonne nouvelle enfin : la position récente de la Cour de justice européenne va obliger la France à ne plus assujettir les non-résidents, propriétaires de biens en France, aux prélèvements sociaux de 15,5% appliqués aux revenus locatifs et plus-values immobilières en France.

L'intégralité de l'article de Johan Steenackers dans Trends-Tendances du 11 juin 2015

En savoir plus sur:

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire de Moneytalk.be

Les derniers articles en un clin d'oeil

Banque et finance

Plus de banque et finance »

Entreprises

Plus d' entreprises »



Immo

Plus d' immo »

Pub et Médias

Plus de pub et médias »


Nos partenaires