2012 sous le signe de la stabilité pour K+S

15/03/12 à 17:17 - Mise à jour à 17:17

Source: Moneytalk

Le producteur allemand d'engrais et de sel K+S a pu présenter de bons chiffres annuels. Les perspectives pour 2012 sont également moins mauvaises que prévu.

K+S est le plus grand producteur d'engrais potassique en Europe et le premier producteur mondial de sel. En 2011, cette entreprise allemande a vu son chiffre d'affaires progresser de 11 % à 5,2 milliards d'euros grâce aux bonnes performances de la division Engrais (+19 % à 3,3 milliards d'euros). Il faut surtout y voir l'effet de la hausse des prix des engrais, puisque la production est restée stable à 7 millions de tonnes. La division Sels a profité d'un hiver rigoureux en Europe et aux États-Unis pour égaler son record de 2010.

Bien que sa marge opérationnelle soit beaucoup plus faible sur le sel (12,4 %) que sur des engrais potassiques très rentables (34,7 %), K+S tient à sa double structure. La division Sels constitue en effet un facteur de stabilité face à un marché des engrais beaucoup plus volatil.

L'action a subi une forte correction ces derniers mois, à l'instar de celles des autres producteurs d'engrais (comme le groupe canadien Potash Corp, le premier producteur d'engrais au monde). En cause : l'évolution clairement négative des commandes d'engrais au quatrième trimestre. Confrontés à l'incertitude économique mondiale, les agriculteurs reportent manifestement la reconstitution de leurs stocks. En réaction, Potash Corp a déjà annoncé une réduction de la production dans une tentative de maintenir les prix à niveau.

Les perspectives publiées aujourd'hui par K + S laissent cependant à penser que le marché a réagi trop violemment à la contraction du marché. L'entreprise prévoit pour cette année un chiffre d'affaires stable et une légère baisse du bénéfice opérationnel. Il s'agit essentiellement de la conséquence de l'hiver doux au premier trimestre de cette année qui a influencé négativement la demande de sel d'épandage.

L'action a retrouvé un cours raisonnable à 11,8 fois le bénéfice attendu pour 2012 et 10,4 fois le bénéfice attendu pour 2013. Elle est dès lors digne d'achat.

Mathias Nuttin

Twitter : @MathiasNuttin

Nos partenaires