Analyse technique : " Euphorie boursière ! "

10/09/12 à 14:34 - Mise à jour à 14:34

Source: Moneytalk

La Bourse allemande a progressé de 45 % depuis septembre dernier. Les Bourses Euronext sont également très performantes, avec un gain de 30 % en un an !

Analyse technique : " Euphorie boursière ! "

Le constat est étonnant au moment où les dépôts sur les comptes d'épargne atteignent des montants records. Et alors que ceux qui osent investir en actions sont régulièrement confrontés aux perspectives économiques les plus négatives. Nous avons déjà décrit ce phénomène par le passé : " Bull Markets Climb a Wall of Worry " (Les marchés haussiers gravissent une muraille d'inquiétudes).

La Bourse grecque est également en hausse de 40 % depuis son dernier plancher. Les problèmes que connaît le pays sont-ils pour autant résolus ? Sur le plan fondamental, il est impossible d'améliorer grand-chose sur un laps de temps aussi court. Mais d'un point de vue technique, la situation est favorable et c'est important pour les portefeuilles de placement.

L'analyse technique est basée sur des signaux clairs et fiables : lorsqu'un support rompt, nous retombons sur le suivant. C'est ainsi qu'en avril dernier, nous attirions l'attention sur l'importance du support à 1190 points pour l'indice S&P 500.

Deux moins plus tard, ces craintes s'avéraient justifiées. Le S&P500 - l'indice qui dicte la tendance pour les actions - tombait sous les 1190 points. Il est ensuite resté deux jours sous ce niveau, mais au terme d'une troisième séance euphorique, l'indice gagnait 3 % à 1315 points (voir graphique). Une failure (=défaillance, échec) classique des vendeurs et un signal d'achat puissant pour les acheteurs ! Depuis, la tendance du S&P500 demeure orientée à la hausse.

Quels ont été les secteurs les plus performants pendant les semaines boursières positives de ces derniers mois ? Les banques, les matières premières et les assurances. C'est en soi une raison suffisante pour concentrer son analyse sur les actions de ces secteurs. Mais la réaction de la Chine (+4%) aux récentes promesses de la Banque centrale européenne (BCE) est également à souligner.

Si la Chine peut retrouver son dynamisme, la demande de matières premières va augmenter. Plus spécifiquement, on pourrait alors assister à une nette reprise des achats de matériaux rares.

Après la lourde correction qu'il a subie, le producteur américain de matières premières Molycorp (11,94 USD - NYSE) en profitera immédiatement. Avec l'acquisition de Neo Materials en juin 2012, Molycorp est en effet très bien introduite sur le marché chinois.

Si nous observons le graphique, nous voyons une figure tête-épaule inversée avec un plancher robuste et des volumes élevés à 10 USD. Mais ces volumes élevés proviennent principalement d'achats réalisés par des membres du management.

Les "initiés " achètent des actions pour soutenir les cours, pour permettre à l'action de surmonter une résistance ou lorsqu'ils attendent un redressement pour des raisons fondamentales. Sans doute nous trouvons-nous ici dans le dernier scénario, car les achats coïncident avec la clôture réussie du célèbre projet Phoenix. Le nouveau site est parfaitement dans les temps et produira de 19.000 tonnes/an au quatrième trimestre. À partir de la mi-2013, Molycorp prévoit une production de 40.000 tonnes/an. Simultanément, le groupe a lancé un programme d'économies sur les coûts énergétiques par l'utilisation d'énergies alternatives produites en interne.

Ceux qui croient en un redressement du marché chinois et à une hausse du cours des matériaux rares se doivent de placer MolyCorp sur leur liste d'actions favorites. Si l'action surmonte la résistance horizontale à 13 USD, les prochains objectifs de cours s'établissent à 16 et 18 USD. En revanche, nous nous porterons vendeur si Molycorp retombe sous les 10.44 USD.

Paul Gins

Directeur CompuGraphics sa

éditeur de TransStock et www.beursgrafiek.be

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos