Année à oublier pour Van de Velde

25/02/13 à 12:38 - Mise à jour à 12:38

Source: Moneytalk

Le bonnetier de Schellebelle a été rattrapé par la crise l'année dernière, le groupe devant faire face à des ventes sous pression en raison de la crise européenne, la hausse des salaires en Chine et une importante réduction de valeur.

Année à oublier pour Van de Velde

Malgré le contexte difficile, Van de Velde est parvenu à afficher un chiffre d'affaires en hausse de 1,1% à 181,8 millions d'euros l'année dernière. Mais cette croissance est uniquement imputable aux activités de distribution qui ont profité de taux de change favorables (faiblesse de l'euro par rapport au dollar et à la livre), de la consolidation en année pleine de Rigby & Peller et de l'ouverture de nouveaux magasins en Europe continentale.

Au niveau de l'activité historique (la plus rentable) de Van de Velde - la conception et la vente en gros de sous-vêtements -, les ventes ont par contre reculé de 1%. De plus, les marges brutes ont été mises sous pression en raison de la hausse des salaires en Chine (fabrication des produits). Globalement, le bonnetier de Schellebelle a ainsi vu son bénéfice opérationnel chuter de 13,7% à 42,7 millions.

Par ailleurs, Van de Velde a dû acter une dépréciation de 8 millions sur la valeur du goodwill d'Andrés Sardá (marque espagnole rachetée en 2008), de sorte que son résultat net a plongé de 37,8% à 25,6 millions. Hors éléments non-récurrents, le profit par action chute de 18,4% à 2,52 euros.

Profitant de son excellente santé financière (trésorerie de 31,7 millions à la fin 2012), Van de Velde a toutefois maintenu son dividende inchangé à 2,15 euros brut par action malgré des perspectives toujours assez difficiles pour 2013, le bonnetier tablant sur des résultats récurrents similaires à 2012.

Cédric Boitte

www.accioz.be

Nos partenaires