Après l'euphorie, le calme revient sur les marchés financiers

11/05/10 à 11:16 - Mise à jour à 11:16

Source: Moneytalk

Les Bourses mondiales s'orientaient à la baisse mardi, à l'instar de la monnaie unique européenne, les investisseurs préférant jouer la prudence après l'euphorie déclenchée la veille par l'adoption d'un plan massif de sauvetage pour soutenir la zone euro.

Lundi, les places financières avaient fini sur des hausses spectaculaires et parfois record: Paris avait gagné près de 10% et Wall Street avait affiché sa plus forte progression de l'année. Mardi matin, l'humeur était tout autre, les Bourses européennes ouvrant en net repli. Peu après 11h00, le Bel20 était en perte de 2,24%. Vers 10H00, Paris reculait de 1,38%, Francfort de 0,95%, Londres de 1,30%, Milan de 1,35%, Madrid de 1,35%, Lisbonne de 0,57% et Athènes de 0,96%. Ce retournement n'a pas surpris la ministre française de l'Economie Christine Lagarde. Lundi, "les marchés ont donné une réponse excessive, (...) avec des montées d'indices comme on n'en avait pas vu depuis 20 ans, et comme on n'en avait jamais vu dans certains pays", a déclaré Mme Lagarde sur France Culture. "Ca a été excessif, ça redescendra, ça se calmera", a-t-elle ajouté. En Asie, les Bourses, qui avaient également été emportées par la liesse lundi, ont accusé de franches baisses mardi, Tokyo abandonnant 1,14%, Shanghai touchant un plus bas niveau depuis un an et Hong Kong étant également en recul. La prudence reste de mise alors que la monnaie unique, baromètre de la crise en zone euro, évoluait autour de 1,27 dollar mardi matin, effaçant son rebond de lundi qui l'avait propulsé brièvement au-dessus de la barre de 1,30 dollar. A l'origine de ce refroidissement, une communication de Moody's en fin de journée lundi. L'agence de notation a répété qu'elle allait abaisser la note de la Grèce de manière "très certainement" significative, jugeant "possible" un ajustement en catégorie spéculative, ce qui signifie que la Grèce sera reléguée au niveau des investissements à haut risque. Pour le Portugal, elle prévoit aussi un abaissement. Malgré le plan de 750 milliards d'euros décidé par les dirigeants européens et le Fonds monétaire international (FMI), "les inquiétudes demeurent", a commenté Hideaki Inoue, économiste à la Mitsubishi UFJ-Trust and Banking Corp. "La question est de savoir si les gouvernement (des Etats européens qui sont endettés) peuvent faire passer des mesures d'austérité", a-t-il souligné. Ce plan inédit, destiné aux pays de la zone euro en difficulté, comprend jusqu'à 60 milliards d'euros de prêts de la Commission européenne, 440 milliards en prêts et garanties via un organisme spécial et 250 milliards du FMI. La Grèce, dont la dette abyssale est à l'origine de la crise actuelle, a adopté lundi sa réforme des retraites, l'une des mesures phare d'une cure d'austérité, prévoyant des baisses des pensions pouvant aller jusqu'à 20%, en contrepartie de l'aide financière internationale. Athènes va demander mardi un premier versement de 20 milliards d'euros dans le cadre de ce plan d'aide. Le versement de cette première tranche, dont l'UE doit prendre en charge 14,5 milliards d'euros et le FMI 5,5 milliards, "doit être immédiat, peut-être dans la journée, " selon une source du ministère des Finances. La Grèce doit honorer le 19 mai, avec l'arrivée à échéance de prêts obligataires, une dette de l'ordre de 9 milliards d'euros. Sur le marché de la dette des Etats, la tendance est à la stabilisation, le taux de l'obligation grecque à 10 ans s'affichant à 7,850% et celui à 2 ans à 7,606% peu avant 08H00 GMT, soit des niveaux proches de la veille. Ces taux avaient dégringolé lundi dans des proportions encore jamais vues depuis le début de la crise.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos