Aucun apaisement en Bourse

26/06/12 à 17:43 - Mise à jour à 17:43

Source: Moneytalk

Après une ouverture en hausse, les Bourses européennes ne sont pas parvenues à consolider leurs gains alors que la crise de la zone euro inquiète toujours et que les indicateurs économiques ne répondent pas aux attentes.

Aucun apaisement en Bourse

© REUTERS

La tendance est donc demeurée fragile sur les Bourses à la suite notamment de chiffres inquiétants en provenance d'Europe du Sud : les ventes au détail ont chuté de 1,6% en mai en Italie et l'Espagne a dû concéder une nouvelle hausse de taux lors de l'adjudication de bons du Trésor à 3 mois et à 6 mois. Outre-Atlantique, l'indicateur de confiance des consommateurs a reculé plsu fortement que prévu en juin.

Europe

Parmi les grands indices européens, le Dax a clôturé quasiment inchangé après l'annonce d'une légère hausse surprise du moral des consommateurs allemands en juin.

Au niveau des valeurs, Banco Santander a connu une séance calme à Madrid malgré que Moody's a abaissé sa note financière dans la cadre d'une révision à la baisse du rating de pas moins de 28 banques espagnoles.

A Francfort, Rheinmetall a clôturé en baisse après que le groupe allemand de défense et d'équipement automobile a annoncé le report de l'introduction en Bourse de sa division automobile KSPG, initialement prévue d'ici le 30 juin, sans fixer de nouvelle date.

Bruxelles

A Bruxelles, Elia s'est distingué avec une hausse de plus de 2%, le groupe profitant de l'intérêt des investisseurs pour les valeurs défensives.

GDF Suez a également clôturé en hausse après que les analystes de Bank of America Merrill Lynch ont relevé leur conseil à acheter avec un objectif de cours de 20 euros.

Nyrstar a par contre chuté à la suite d'un rapport des analystes de ING qui ont réduit leur avis sur la valeur de conserver à acheter et leur objectif de cours de 8,50 à 4,70 euros.

États-Unis

Les marchés américains évoluaient sans tendance à la mi-séance, les investisseurs reprenant leur souffle après la chute de ce lundi.

News Corp se distinguait par contre avec une nette hausse après que le groupe de Rupert Murdoch a confirmé qu'il envisageait de se scinder en deux alors que le régulateur britannique pourrait le contraindre à se défaire de sa participation de 39% dans British Sky Broadcasting.

CB

Nos partenaires