Bekaert : perspectives moroses

24/02/12 à 10:57 - Mise à jour à 10:57

Source: Moneytalk

Bekaert a limité la casse au second semestre mais la division par deux du dividende final témoigne des prévisions sombres du groupe.

Bekaert : perspectives moroses

© Image Globe/David Stockman

Au second semestre, le tréfileur courtraisien a vu son bénéfice net chuter de 74% à 48,3 millions EUR, ce qui est toutefois mieux que les 36,4 millions EUR attendus par les analystes. Comme prévu, la croissance des ventes s'est arrêtée net et surtout, la rentabilité s'est fortement étiolée à la suite notamment de l'effondrement des prix du fil à scier utilisé dans le secteur photovoltaïque. Au second semestre 2011, la marge opérationnelle a ainsi plafonné à 2,5% contre 13,6% au cours des six premiers mois de l'année et 17,2% en 2010. Sans surprise, c'est la (plantureuse) marge opérationnelle en Asie-pacifique qui a le plus trinqué : de 37% en 2010 à 8% au second semestre 2011. Dans les pays industrialisés, Bekaert a souffert du ralentissement économique qui a fait pression sur les ventes et sur la rentabilité. Le plus inquiétant est sans doute que les ventes ont baissé trimestre après trimestre dans les trois principales zones d'activités du groupe. Le tréfileur entame donc 2012 avec un important handicap en matière de base de comparaison.

Tout cela explique largement la décision de Bekaert de diviser par deux son dividende final pour 2011 à 0,50 EUR, un acompte de 0,67 EUR ayant déjà été versé. Il n'est pas acquis que ce dividende global de 1,17 EUR brut pourra être réédité en 2012, le bénéfice par action de 3,27 EUR réalisé en 2011 (contre 6,21 EUR en 2010) semblant inaccessible cette année. Bekaert précise en effet que la concurrence continue à se renforcer dans les pays émergents tandis que l'incertitude prédomine en Europe et en Amérique du Nord. Le groupe prévoit que son plan de réorganisation n'aura un impact sur els chiffres qu'à partir de la mi-2012 et qu'il permettra de restaurer la rentabilité en 2014... Il est sans aucun doute trop tard pour vendre le titre mais l'incertitude est encore trop grande que pour recommander un achat. Nous vous conseillons donc de simplement conserver vos positions en Bekaert.

En savoir plus sur:

Nos partenaires