Correction boursière

23/05/13 à 17:06 - Mise à jour à 17:06

Source: Moneytalk

Après des semaines de progression le reflux boursier est entamé suite à la crainte de voir la Fed resserrer les cordons de sa Bourse.

Correction boursière

© REUTERS

Les principales Bourses européennes ont littéralement craqué ce jeudi après des semaines de progression, plombées par la crainte d'une diminution prochaine des achats d'actifs de la Réserve fédérale américaine et par un indicateur chinois nettement inférieur aux attentes.

L'indice PMI flash HSBC des directeurs d'achats en Chine est revenu à 49,6 pour mai, son premier passage en sept mois sous le seuil de 50 ce qui marque le passage à une contraction de l'activité chinoise. Ce chiffre a servi de détonateur à un spectaculaire retournement de la Bourse de Tokyo qui finit la séance sur un plongeon de 7,32%, sa plus forte baisse en pourcentage depuis deux ans.

Les investisseurs craignent surtout de voir la Réserve fédérale américaine engager prochainement son désengagement progressif de sa politique d'assouplissement quantitatif (QE) en réduisant le montant de ses achats d'actifs mensuels.

Dans ce contexte de prises de bénéfices, les investisseurs ont fait peu cas d'un bon indicateur sur l'emploi américain avec un recul plus important que prévu des inscriptions hebdomadaires au chômage et des quelques signes d'amélioration de l'activité privée dans la zone euro en mai.

Europe : Deutsche Bank - BNP Paribas

Aux actions, les valeurs financières étaient les grandes perdantes de la séance, alors que les investisseurs voient dans l'allocution de Ben Bernanke mercredi soir des indices d'un prochain ralentissement des largesses de la Fed.

En définitive, tous les secteurs en nette hausse ces dernières semaines sont les premières victime de cette correction boursière. Le secteur financier, mais aussi l'automobile et les matières premières étaient dans le viseur des investisseurs.

Europe : Areva - Lloyds Banking Group

A Paris, Areva était en net recul. Le groupe français a indiqué que sa mine d'uranium nigérienne de Somaïr, qui concentre un peu moins du tiers de sa production de métal, a fait l'objet d'une " attaque terroriste " ce matin.

A Londres, Lloyds Banking Group était en forte baisse alors que des rumeurs de marché font état du placement sur le marché de 8,7 milliards de dollars de prêts immobiliers US.

Bruxelles : Elia - Ageas

A la Bourse de Bruxelles, le Bel 20 était drapé de rouge. Une seule action arrivait de justesse à tirer son épingle du jeu dans cette phase de correction boursière globale : Elia. Comme de nombreuses actions défensives, Elia tirait son épingle du jeux.

La plus forte baisse de la séance est celle de Ageas, plombé par le désamour des investisseurs pour le secteur financier.

Bruxelles : IBA - GIMV

Hors indice, IBA évoluait à contre-courant de la tendance en prenant quelques points. Le spécialiste belge de la protonthérapie a annoncé que la région Wallonne allait participer à l'ouverture d'un centre de prothontérapie en Wallonie.

La société d'investissements, GIMV suivait par contre la tendance malgré la présentation de bons chiffres au terme de son exercice 2012-2013. Le groupe affiche un bénéfice net de 32,7 millions d'euros et va distribuer un dividende de 1,84 euro net.

Etats-Unis

Wall Street a ouvert dans le rouge jeudi, à l'instar des Bourses asiatiques et européennes, fragilisée par un mauvais indicateur chinois et la crainte de voir la Réserve fédérale (Fed) freiner son soutien à l'économie.

La politique actuelle de la banque centrale américaine se traduit notamment par le rachat d'actifs financiers sur les marchés à hauteur de 85 milliards de dollars par mois.

Nos partenaires