Delhaize sauvé par la Belgique

22/08/12 à 09:48 - Mise à jour à 09:48

Source: Moneytalk

Après un premier trimestre désastreux, le distributeur au lion a pu ralentir le plongeon de ses bénéfices au second grâce aux bons chiffres réalisés en Belgique et au dollar. Mais Delhaize se montre déjà très prudent pour le deuxième semestre.

Delhaize sauvé par la Belgique

Sur le seul second trimestre, Delhaize a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 11,5% à 11,2 milliards d'euros. Le groupe a toutefois surtout profité de la faiblesse de la devise européenne par rapport au dollar, Delhaize réalisant les deux tiers de ses ventes aux États-Unis. À taux de change identique, la progression n'est en effet plus que de 4,2% pour une croissance organique de 1,3%. À données comparables, les ventes ont reculé de 0,6% aux États-Unis (similaire au premier trimestre) et progressé de 1,1% en Belgique après un recul (surprise) de 0,9% au premier trimestre.

Si la tendance s'est légèrement améliorée au niveau des ventes, il n'en va pas de même avec la rentabilité puisque la marge d'exploitation sous-jacente a plafonné à 3,2% contre 3,5% au cours des trois premiers mois de l'année. La moindre baisse du bénéfice d'exploitation sous-jacente en glissement annuel (de -14,6% à -12,0%) n'est ainsi imputable qu'à l'effet des devises. À taux de change identique, le bénéfice d'exploitation sous-jacent chute ainsi de 18,1% au second trimestre contre -16,9% entre janvier et mars. Cela était toutefois suffisant de dépasser les attentes des analystes, le bénéfice d'exploitation sous-jacent ayant atteint 184 millions au second trimestre contre un consensus de 172 millions.

Les perspectives du groupe demeurent toutefois sombres, le ralentissement économique mondial venant se greffer sur un contexte concurrentiel exacerbé qui pèse sur les prix, de l'aveu même de Delhaize. Le distributeur au lion a ainsi déjà indiqué que sur l'ensemble de l'année, le recul de son bénéfice d'exploitation sous-jacent serait plus proche du bas de sa fourchette de prévision qui est de -15% à -20%.

Cédric Boitte

www.accioz.be

Nos partenaires