Des Bourses convaincues que tout va bien

07/12/12 à 17:13 - Mise à jour à 17:13

Source: Moneytalk

La semaine boursière fut globalement positive avec des avancées dans le " dossier " de la crise européenne, mais aussi des indicateurs conjoncturels rassurants tant en Chine qu'aux Etats-Unis.

Des Bourses convaincues que tout va bien

© Getty Images/iStockphoto

Ainsi, les investisseurs ont trouvé du réconfort dans l'accélération du rythme de croissance du secteur manufacturier chinois, avec un indice PMI définitif en hausse en novembre, pour la première fois depuis 13 mois, signe que la deuxième économie mondiale retrouve des couleurs.

Aux Etats-Unis se sont des chiffres du chômage meilleurs qu'escomptés qui ont rassuré les investisseurs.

En Europe, l'opération de rachat de dette lancée lundi par la Grèce et qui ouvre la voie au versement d'une aide financière bloquée depuis des mois, laisse entrevoir une pause dans les craintes entourant la crise européenne.

L'attention se focalise désormais à plein sur les négociations budgétaires aux Etats-Unis. La Maison blanche a rejeté à maintes reprises les propositions républicaines comportant entre autre une réforme fiscale et une réduction des dépenses, jugeant qu'elles ne permettent pas au président Obama de tenir sa promesse d'augmenter les impôts des classes les plus favorisées.

Faute d'un accord avant la fin du mois, ce sont quelque 600 milliards de dollars de hausses d'impôts et de réductions de dépenses publiques qui prendraient effet au 1er janvier, menaçant de faire retomber l'économie américaine en récession. C'est le fameux " fiscal cliff ".

Europe : EADS - EDF

Aux actions, les investisseurs ont bien accueillis l'annonce d'un profond remaniement de la gouvernance et de la structure d'actionnariat de EADS. L'actuel pacte d'actionnaire devrait être remplacé par un schéma de gouvernance d'entreprise ordinaire.

Daimler AG et Lagardère SCA réduiront fortement leur participation, tandis que l'Allemagne et la France entendent détenir chacune, à terme, jusqu'à 12% du capital, et l'Espagne environ 4%. EADS a l'intention de proposer un rachat à concurrence de 15% de son capital émis - sous réserve de conditions du marché acceptables et de l'approbation des actionnaires. Le capital flottant d'EADS augmentera donc, à terme, de 49% à plus de 70%..

Toujours à Paris, EDF a à nouveau décroché cette semaine suite à des informations d'un nouveau surcoût de deux milliards d'euros pour l'EPR de Flamanville. Le coût du réacteur EPR en construction à Flamanville (Manche) devrait coûter 8,5 milliards, de quoi affûter les armes des opposants à l'atome en plein débat sur l'avenir énergétique du pays.

Europe : Nokia - ArcelorMittal

Les secteurs cycliques étaient de bonne humeur cette semaine à l'image d'ArcelorMittal suite aux indicateurs chinois laissant entendre un redécollage de l'économie après plusieurs mois de surplace.

Notons encore la forte progression de Nokia en réaction à l'annonce d'un accord avec l'opérateur China Mobile, qui commercialisera une version du smartphone Lumia 920T spécialement destinée au marché chinois.

Bruxelles : Colruyt - GDF Suez

A Bruxelles, GDF Suez signe la plus forte perte de l'indice Bel 20 cette semaine. Le groupe énergétique a réalisé un avertissement sur résultats. Concrètement, GDF Suez table désormais sur un bénéfice net récurrent compris entre 3,1 et 3,5 milliards d'euros au cours des deux prochaines années contre entre 3,7 et 4,2 milliards cette année. Implicitement, ces prévisions signifient également que le groupe abandonne son objectif d'un bénéfice net récurrent de 5 milliards à l'horizon 2015.

Colruyt a pour sa part présenté des chiffres en ligne avec les attentes ce qui n'a pas suscité beaucoup de réactions. Le distributeur a enregistré un chiffre d'affaires de 4,1 milliards d'euros sur les six premiers mois de son exercice 2012-2013 (clos fin mars), en hausse de 6,2% par rapport au premier semestre de l'exercice précédent. L'enseigne Colruyt est parvenue à améliorer ses parts de marché en Belgique à 25,9%, en hausse de 0,73% en glissement annuel, grâce au maintien de sa stratégie des meilleurs prix. Cette dernière affecte toutefois sa rentabilité, la marge opérationnelle ayant baissé de 6,0% à 5,7%.

BRUXELLES : Exmar

Hors indice, Exmar signe une belle performance. Le groupe maritime a conclu un accord de joint-venture avec Teekay LNG Partners. Exmar serait en charge de fournir les bateau tandis que Tekay, qui investit 140 millions de dollars dans l'aventure, prendrait 50% des gains réalisés. Cette transaction permettrait à Exmar d'enregistrer un gain de 57 millions de dollars.

Etats-Unis

Les indices américains se sont montrés nerveux tout au long de la semaine les chiffres de l'emploi soufflant le chaud et le froid d'une séance boursière à l'autre.

L'approche de la date butoir pour le fiscal cliff ajoute une couche de nervosité à des marchés se demandant si il ne serait pas temps d'engager un mouvement de consolidation ou poursuivre le mouvement haussier.

Nos partenaires