Des Bourses positives envers et contre tout

24/04/13 à 16:09 - Mise à jour à 16:09

Source: Moneytalk

Malgré des indicateurs conjoncturels décevants et des résultats d'entreprises mitigé, les Bourses européennes restent positives convaincues qu'une prochaine baisse de taux de la BCE est inéluctable.

Des Bourses positives envers et contre tout

© REUTERS

Les principales Bourses européennes continuent de tabler sur une prochaine baisse des taux d'intérêts de la Banque centrale européenne, ce qui explique leur enthousiasme ce mercredi alors que les résultats d'entreprises du jour ne sont guère brillants et les indicateurs conjoncturels ne le sont pas plus.

Le climat des affaires s'est effectivement dégradé en avril en Allemagne pour le deuxième mois consécutif, avec un indice Ifo en deçà des estimations les plus pessimistes, confirmant que la première économie européenne peine à sortir de la contraction qu'elle a connue à la fin de 2012. L'indice du climat des affaires calculé par l'institut Ifo a reculé à 104,4 en avril, contre 106,7 en mars, alors que le marché tablait sur 104,8.

Europe : PSA Peugeot - Heineken

Aux actions, PSA Peugeot Citroen était en forte progression après l'annonce de son chiffre d'affaires du premier trimestre et de nouvelles mesures d'économies en France. Au premier trimestre, le groupe a vu ses ventes reculer de 6,5% à 3,02 milliards d'euros. Pour la seule division automobile, la baisse atteint 10,3% en raison du marasme persistant du marché européen où le groupe a réalisé 57% de ses ventes. Dans ce contexte déprimé, Peugeot a annoncé davantage de flexibilité et la probable fermeture d'un site de production.

Contre la tendance Heineken enregistrait une forte baisse après avoir publié des résultats pour le premier trimestre inférieurs aux attentes. Ce géant brassicole a enregistré un chiffre d'affaires de 4,14 milliards d'euros au premier trimestre, en hausse de 8,1%, alors que le marché tablait sur 4,28 milliards d'euros.

Europe : Volkswagen - Ericsson

Par ailleurs, le producteur automobile Volkswagen a vu son bénéfice décroître de 26% au premier trimestre à 2,34 milliards d'euros suite entre autre au marasme du marché automobile européen. Le groupe automobile n'en reste pas moins convaincu que son bénéfice 2013 sera supérieur à celui de 2012 qui était déjà un bénéfice record pour le groupe, ce qui bien entendu plaît au marché.

Le premier trimestre fut compliqué pour Ericsson qui a enregistré un bénéfice de 1,205 milliards de couronnes contre 8,95 milliards de couronnes un an plus tôt. Ericsson explique ce revers par des coûts de réduction de ses opérations en Suède. Les investisseurs ne semblent toutefois pas tenir rigueur de ce revers passager à Ericsson.

Bruxelles : GBL - Delhaize

A la Bourse de Bruxelles, l'indice Bel 20 était globalement teinté de vert.

En fin de séance, GBL dominait les actions en hausse, tandis que Delhaize était la lanterne rouge suite à des prises de bénéfices consécutives à deux séances de nettes progressions.

Bruxelles : Melexis - Nyrstar

Hors indice, Melexis était bien orienté après avoir présenté des chiffres trimestriels légèrement supérieurs à ses prévisions. Au premier trimestre, son chiffre d'affaires était de 61,9 millions d'euros en hausse de 6% par rapport à la même période en 2012. Le groupe a réitéré ses prévisions 2013.

Toujours hors indice, Nyrstar a présenté des chiffres mitigés. Au terme du premier trimestre, ses chiffres de production minière sont en recul de 8% par rapport aux trimestre précédents. Par contre, ses fonderies affichent des chiffres de bonne facture avec 263 000 tonnes de zinc produit, en recul d'un petit 6% par rapport aux chiffres records de fin 2012.

Etats-Unis

Wall Street a ouvert légèrement en baisse mercredi, l'indice à dominante technologique Nasdaq pâtissant de la nette baisse du géant Apple dont les prévisions ont déçu.

Etat-Unis : Apple

Hier soir après la clôture des Bourses américaines, Apple a fait état au titre de son 2ème trimestre (courant de janvier à mars) d'un bénéfice net de 9,5 milliards de dollars, en baisse de 18,1% par rapport à celui de 2012 à la même période. Les rachats d'actions seront fortement augmentés de même que le dividende (+15%). Mais si ces chiffres sont supérieurs aux attentes, notamment grâce à des ventes d'iPhones et d'iPads plus élevées que prévu, nombre d'analystes restent inquiets des futures marges du groupe.

Nos partenaires