Des prévisions décevantes mettent le cours de Mobistar sous pression

09/02/12 à 10:42 - Mise à jour à 10:42

Source: Moneytalk

Mobistar a publié ce matin ses résultats pour l'exercice écoulé. Des chiffres (et plus encore leurs commentaires) qui ont été très mal accueillis par les investisseurs, comme l'illustre le décrochage instantané de l'action sur la Bourse de Bruxelles.

La croissance spectaculaire de Mobistar a clairement pris fin, même si le nombre de clients actifs en téléphonie mobile a encore progressé de 4,1 % l'an dernier. Mais l'influence négative de la réglementation s'est également fait sentir, comme le révèle l'évolution du chiffre d'affaires.

Celui-ci s'est élevé l'an dernier à un peu plus de 1,657 milliard d'euros, en baisse de 0,40 % sur base annuelle. Certes, Mobistar a ainsi répondu aux attentes des analystes, mais sans plus. Hors impact de la réglementation (74 millions d'euros), le chiffre d'affaires consolidé total aurait dépassé 1,73 milliard d'euros. Les modifications intervenues dans la réglementation ont également impacté la marge opérationnelle (CA/EBITDA).

Le résultat net consolidé s'élevait à 221 millions d'euros à la fin de l'exercice 2011, en baisse de 16,2 % par rapport à l'année précédente, alors que Mobistar avait elle-même prévu un résultat net compris entre 220 et 230 millions d'euros.

Perspectives décevantes

Mais ce sont surtout les perspectives qui ont effrayé les investisseurs. Jugez-en vous-même : une baisse du chiffre d'affaires de 2 % par rapport à 2011, des cash-flows opérationnels (EBITDA) compris entre 465 et 500 millions d'euros, et un résultat net compris entre 170 et 195 millions d'euros. L'impact des nouvelles mesures réglementaires devrait se monter cette année à 51 millions d'euros pour le chiffre d'affaires et 22 millions d'euros pour les cash-flows opérationnels. Sur la base de ces prévisions, on peut s'attendre à une baisse du dividende.

Les analystes désappointés

Nico Melsens (KBC Securities) fonde surtout son analyse sur les prévisions décevantes publiées par Mobistar. Le Starpack, censé être la réponse de l'entreprise aux défis auxquels elle est confrontée, est en perte de vitesse. Et il ne semble pas que ce produit puisse être garant d'un avenir meilleur.

Nico Melsens estime que les prévisions des analystes vont être abaissées de quelque 20 %, et va lui aussi adapter ses perspectives en ce sens. Il maintient un avis neutre pour l'action, mais va abaisser un objectif de cours qui s'élevait encore à 44 euros.

Chez ING, Emmanuel Carlier ne peut que constater que les prévisions données par Mobistar pour 2012 sont nettement inférieures aux attentes. Compte tenu de ces prévisions, le dividende 2012 pourrait être abaissé de 3,65 à 3,25 euros. Il maintient cependant son avis neutre.

La Banque Degroof n'a aucun espoir d'amélioration à court terme chez Mobistar. L'avis concernant l'action est dès lors abaissé de "conserver" à "réduire". L'objectif de cours s'élève désormais à 36 euros, contre 48 euros précédemment.

Mieux vaut éviter l'action

A notre avis, il n'y a pas grand-chose à attendre des actions Mobistar au cours des mois à venir, vu la probabilité de redressement rapide relativement limitée. De plus, l'ensemble du secteur européen des télécommunications semble de plus en plus au bout du rouleau.

Il y a en effet de fortes chances que non seulement Mobistar, mais également les autres opérateurs de télécommunications soient contraints de réduire leur rendement de dividende (qui reste attrayant). C'est pourquoi nous observons le secteur dans son ensemble avec une certaine méfiance. Les propriétaires d'actions Mobistar ont peut-être intérêt à profiter d'un éventuel rebond pour vendre.

Nos partenaires