Elections au Royaume-Uni : les marchés subissent l'incertitude mais sans s'effondrer

11/05/10 à 13:31 - Mise à jour à 13:31

Source: Moneytalk

Les marchés britanniques de changes, d'obligations et d'actions accusaient le coup de l'incertitude politique qui demeurait entière mardi matin cinq jours après les élections législatives, sans toutefois subir encore l'effondrement redouté par beaucoup d'économistes.

"La livre s'est assez bien tenue au-delà de la réaction réflexe liée à un résultat électoral indécis", notait Daragh Magher de Crédit Agricole CIB. Beaucoup d'économistes jugent en effet toxique tout retard pris dans la formation d'un gouvernement au moment où les finances publiques du Royaume-Uni sont dans un état particulièrement alarmant après l'injection de centaines de milliards de livres dans les banques pendant la crise. La livre a subi lundi de manière assez sensible l'impact du retour en force de l'hypothèse d'une union travaillistes-Lib Dems, alors qu'elle s'était redressée après avoir atteint vendredi un plus bas depuis plus d'un an (1,4477 dollar). Son début de remontée "est allé dans le mur quand le Premier ministre Gordon Brown a annoncé qu'il démissionnerait pour faciliter une coalition Labour-Libs Dems", a noté Michael Hewson, de CMC Markets. La livre, qui évoluait en effet à 1,50 dollar juste avant cette annonce, a aussitôt chuté à 1,4850 dollar, et même mardi matin à 1,4766 dollar. Elle se reprenait cependant un peu en milieu de matinée après l'annonce de bons chiffres de production industrielle en mars. La Bourse de Londres était de son côté en très nette baisse au même moment, l'indice vedette Footsie-100 cédant 1,70% à 5.295,71 points. Mais cette baisse tenait moins au retard pris par la formation du nouveau gouvernement britannique qu'à des prises de bénéfices, après une séance de très forte hausse lundi. Le rendement des obligations à 10 ans du Royaume-Uni continuait à se tendre de son côté, passant de 3,8% avant les résultats du scrutin à 4,024% mardi vers 06h30 GMT.

Nos partenaires