Euronav : le tanker prend l'eau

28/07/16 à 19:45 - Mise à jour à 19:45

Source: Moneytalk

Nouvelle séance compliquée pour Euronav ce jeudi qui a vu ses profits trimestriels chuter et a dû admettre que les tarifs de fret pétroliers ont sombré cet été. Les 18 prochains mois s'annoncent extrêmement compliqués pour le spécialiste des tankers pétroliers.

Euronav : le tanker prend l'eau

© Euronav

Chute des bénéfices

Si besoin en était encore, le dernier rapport semestriel d'Euronav confirme à quel point le secteur du fret pétrolier peut se montrer volatil. Alors qu'il était encore question de croissance des résultats et hausse des tarifs, Euronav a vu son bénéfice net plonger de 57% - malgré la toujours quasi absence d'impôt dû. Une charge non-récurrente de 24,2 millions $ n'a fait qu'aggraver une chute déjà perceptible au niveau du chiffre d'affaires (-11%) et des tarifs de fret.

La menace de tarifs déficitaires

Le pire est toutefois à venir, Euronav ayant indiqué que ses supertankers ont été affrétés suivant un tarif de 31 800 $ jusqu'à présent cet été contre 44 382 $ au trimestre écoulé et près de 61 000 $ il y a un an. Pis, l'indice Baltic Dirty compilant les tarifs de fret pour les tankers pétroliers continue de dégringoler jour après jour pour atteindre 559, au plus bas depuis 2009. Inquiétant sachant qu'Euronav a été déficitaire jusqu'au rebond des tarifs en 2014.

De sombres perspectives en 2016-2017

Comme pour conjurer le sort, le groupe belge précise que les commandes de nouveaux tankers ont été extrêmement réduites au premier semestre, de nature à rééquilibrer l'offre et de la demande. Cela n'influera toutefois que dans plusieurs années, le marché devant tout d'abord absorber les importantes commandes passées en 2014-2015. Les livraisons de nouveaux tankers devraient se poursuivre (et même s'accélérer) au second semestre et en 2017. Sur l'ensemble de 2016-2017, Clarkson Research évalue que la flotte de tankers croîtra de 11% alors que la production en progressera que de 1,3%.

Nos partenaires