Fini les crédits hypothécaires à taux plancher ?

23/11/16 à 13:58 - Mise à jour à 13:57

Depuis que les Américains ont élu Donald Trump à la Maison-Blanche, les taux à long terme sont en hausse. Et les personnes qui souscrivent un crédit hypothécaire le ressentent dans leur portefeuille. Ces hausses de taux sont-elles de courte durée ?

Fini les crédits hypothécaires à taux plancher ?

© Getty

A lire aussi: Hausses des taux: ce qu'il faut savoir

Fin de semaine dernière, le taux belge à dix ans atteignait 0,74%, presque huit fois celui de septembre. Cette hausse remarquable est notamment la conséquence des promesses économiques du président élu Donald Trump. Les investisseurs craignent une importante inflation et vendent massivement leurs obligations. Avec un taux élevé comme conséquence. Selon Peter Vanden Houte, économiste en chef chez ING, 2017 sera une année charnière où les taux d'intérêt à long terme s'engageront dans une tendance à la hausse. Il prévoit que le taux du marché aura une nouvelle fois augmenté d'un demi-pourcent d'ici la fin de l'année prochaine.

Hausse des taux hypothécaires

Les personnes à la recherche d'une maison sont les premières à ressentir les hausses de taux. Plusieurs banques ont déjà revu leurs taux hypothécaires à la hausse, ces dernières semaines, en conséquence de la hausse des taux du marché. La banque d'Etat Belfius notamment nous a fait savoir qu'elle a augmenté le taux d'intérêt des crédits à 20 ans de 2,77% à 2,86%, ce dernier mois. "Les taux d'intérêt peuvent bien sûr varier d'un client à l'autre", précise Belfius. "En dialogue avec le spécialiste des crédits logement, nous élaborons une proposition personnalisée qui tient compte de tous les aspects du dossier et de la situation spécifique du client."

À première vue, les hausses de taux se suivront rapidement. BNP Paribas Fortis, qui n'a pas encore modifié ses taux d'intérêt, a notamment fait savoir qu'elle augmentera probablement ses taux hypothécaires à partir du 1er décembre. "Nous adaptons nos taux mensuellement si nécessaire", fait savoir un porte-parole. "Comme les taux du marché ont augmenté, nous adapterons nos taux en conséquence. Nous prévoyons en outre que le taux du marché continuera à augmenter légèrement au cours des prochaines semaines."

Pas de hausses plus grandes

Bart Van Craeynest, économiste chez Econopolis, reconnaît que la chance est particulièrement faible que les taux atteignent à nouveau leurs niveaux les plus bas. Les consommateurs ne doivent néanmoins pas directement se faire trop de soucis: "La crainte d'une poursuite de la hausse des taux au cours des prochains trimestres doit également être tempérée. L'économie reste encore relativement affaiblie et la politique de la BCE reste toujours orientée vers des faibles taux d'intérêt. Cette combinaison entraîne que les taux ne connaîtront pas immédiatement de grandes envolées."

Koen De Leus, économiste chez BNP Paribas Fortis, est lui aussi persuadé qu'il n'y aura pas de sauts de taux gigantesques. "La poursuite éventuelle de la hausse des taux d'intérêt est un point d'interrogation et sera fonction de ce que Trump va effectivement faire. Mais les taux d'intérêt à long terme en Europe n'augmenteront également pas de manière spectaculaire, parce que nous prévoyons que la BCE maintiendra son taux zéro encore longtemps", explique-t-il.

Geert Gielens, économiste en chef chez Belfius, prévoit que les hausses de taux se poursuivront plus facilement au cours de la deuxième moitié de 2017. "À court terme (ces prochains mois), il y a encore beaucoup d'incertitude et les taux peuvent dès lors fluctuer, tant à la hausse qu'à la baisse", selon son estimation. "Les actuelles hausses de taux sont peu liées aux décisions européennes intérieures. Nous prévoyons que la BCE diminuera la stimulation monétaire à partir de mars 2017. Cela supprimera la pression à la baisse sur les taux."

Différent d'une banque à l'autre

La vitesse d'augmentation (ou de baisse) des taux d'intérêt dépend du délai d'analyse des taux par les institutions bancaires. BNP Paribas Fortis est l'une des seules banques qui adapte les taux mensuellement. La majorité des banques contactées, dont Crelan, ING, AXA, Belfius et KBC adaptent les taux quotidiennement ou de manière hebdomadaire si nécessaire.

"Le taux à long terme ne raconte en outre pas l'ensemble de l'histoire", selon KBC et BNP Paribas Fortis. Les banques examinent également le coût pour couvrir leurs risques et les swaps de taux d'intérêt.

Et les épargnants ? Ils devront encore un peu se contenter des faibles taux d'intérêt sur l'épargne. "À moins que la BCE ne fasse un revirement dans sa politique monétaire, le taux à court terme restera faible encore relativement longtemps. On n'attend pas directement de hausse du taux d'intérêt sur l'épargne", dit Van Craeynest. En outre, le taux n'augmentera que si ce taux d'intérêt à court terme franchit la limite de 0,11%, le taux d'intérêt minimum dans notre pays. Jusqu'alors, les banques appliqueront les taux actuels pour ne pas augmenter la pression sur les marges d'intérêts.

Nos partenaires