L'optimisme US sauve la semaine boursière

12/04/13 à 18:07 - Mise à jour à 18:07

Source: Moneytalk

Le bon début de la saison des résultats avec Alcoa et JPMorgan ont donné des ailes aux indices boursiers américains.

L'optimisme US sauve la semaine boursière

© REUTERS

Cette semaine boursière fut marquée par le début de la saison des résultats aux Etat-Unis avec Alcoa et JPMorgan. Et, quel début de saison, avec des chiffres supérieurs aux attentes aussi bien pour Alcoa que pour JPMorgan.

JPMorgan a publié vendredi un bénéfice net trimestriel de 6,5 milliards de dollars, soit un bénéfice par action record de 1,59 dollar contre 4,92 milliards de dollars, soit 1,19 dollar par action l'an dernier sur la même période.

La semaine fut par ailleurs parsemée de quelques indicateurs conjoncturels, généralement de bonne facture.

Au rang de ces indicateurs nous retiendrons que la hausse des prix à la consommation a fortement ralenti en mars en Chine, selon des données officielles publiées mardi ce qui éloignent la perspective d'un resserrement de la politique monétaire.

Aux Etats-Unis les chiffres sur l'emploi meilleurs que prévu ont soutenu la tendance. Les nouvelles inscriptions au chômage ont en effet baissé plus que prévu par les analystes aux Etats-Unis dans les premiers jours d'avril, effaçant une bonne partie de leur hausse des trois semaines précédentes, selon le département américain du Travail.

Seule ombre au tableau, les indicateurs américain de ce vendredi, qui explique d'ailleurs la chute de cette fin de semaine. Les ventes au détail aux Etats-Unis ont enregistré leur plus fort recul en neuf mois en mars, sans pour autant effacer totalement les effets de leur forte progression de février, selon des chiffres du département américain du Commerce. La confiance des consommateur serait en outre en baisse d'après les chiffres de l'université du Michigan.

Europe : GDF-Suez - RWE

Aux actions, le secteur des services aux collectivités ont repris des couleurs cette semaine profitant du recul des taux de référence sur les marchés financiers. L'Olo belge à 10 ans est même passée sous le seuil des 2% en début de semaine. Ces groupes souvent très endettés sont très sensible aux variations du coût de l'argent.

Europe : Daimler - Marks & Spenser

Par ailleurs, Daimler s'inscrivait en nette baisse sur les cinq dernières séances après avoir prévenu que la publication de ses résultats trimestriels, le 24 avril prochain, serait l'occasion de mettre à jour ses prévisions de résultats 2013 en raison de la faiblesse du marché automobile européen.

Marks & Spencer a annoncé en fin de semaine un chiffre d'affaires supérieur aux attentes au titre de son quatrième trimestre, ce qui a fait monter son cours de Bourse. A magasins comparables, les ventes totales du distributeur britannique ont augmenté de 3,1% sur les trois mois clos fin mars, soit sa meilleure performance en près de deux ans.

Bruxelles : KBC - Thrombogenics

A Bruxelles, les grandes gagnantes de la semaines sont sans conteste Thrombogenics et KBC. En prenant plus de 10% sur la semaine Thrombogenics met fin à une longue traversée du désert. KBC profite de l'engouement du marché pour les valeurs financières, en mode rebond après leur nette baisse lors de la crise chypriote.

Bruxelles : Alfacam - Nyrstar

Hors indice, Nyrstar inscrit une belle huitaine poussée par les bons résultats d'Alcoa et les indicateurs économiques rassurant provenant de Chine.

Pour Alfacam rien ne va plus... Les banques jettent l'éponge et l'entreprise entame son chant du cygne.

Etats-Unis

Aux Etats-Unis, les indices boursiers ont volé de records historiques en records historiques. Les propos en début de semaine du président de la Fed ne sont pas étrangers à ce rally hebdomadaire.

Ben Bernanke a estimé lundi soir que les banques américaines étaient " nettement plus solides qu'il y a quelques années ", dans un discours sur les enseignements des tests de résistance bancaires menés régulièrement par la Fed depuis 2009.

D'autre part, en soulignant que la situation économique du pays était " encore loin " d'être convenable, le patron de la Fed a rassuré les marchés sur le maintien du concours financier énorme apporté par son institution à la reprise économique.

Nos partenaires