La crise contamine les entreprises non financières

18/07/12 à 16:02 - Mise à jour à 16:02

Source: Moneytalk

D'après Moody's les entreprises européennes qui avaient jusqu'à présent bien résisté à la crise commencent à flancher et des abaissement de ratings sont à prévoir.

La crise contamine les entreprises non financières

© REUTERS

Jusqu'à présent la crise européennes avait des répercussions néfastes principalement sur les institutions financières dont les comptes regorgent de titres dont la valeur ne cesse de baisser. Les sociétés non financières européennes, qui avaient jusqu'à présent relativement bien résisté à la crise, commencent à en ressentir les effets et risquent de voir la note de leur dette abaissée dans les mois à venir, estime l'agence de notation Moody's dans un rapport diffusé ce mercredi.

" La qualité du crédit des sociétés non financières s'est montrée relativement résistante jusqu'à présent mais le risque d'une détérioration de leur solvabilité augmente actuellement ", écrit Moody's. Pour l'agence de notation, les sociétés évoluant dans un " pays de la périphérie de l'Union européenne ", sont particulièrement exposées. " Le chiffre d'affaires et la capacité d'autofinancement de certaines entreprises déclinent fortement sur des marchés dont la demande interne chute, tels que la Grèce et le Portugal et plus récemment l'Espagne. Et les risques augmentent en Italie ", explique l'agence. " Etant donné les liens entre la croissance économique, les contraintes de crédit des Etats et des systèmes bancaires et la capacité d'autofinancement et la trésorerie des entreprises, la qualité moyenne du crédit des entreprises non financières européennes va se détériorer dans les mois à venir ", prévoit Moody's.

Les secteurs les plus vulnérables à un ralentissement de l'économie à court terme sont les matériaux de construction, l'industrie automobile, les équipementiers automobiles, le papier et le bois, le transport de marchandises et la sidérurgie, précise l'agence.

Les sociétés plus intimement liées à l'Etat via la détention de capital ou les politiques économiques sont plus exposées aux conséquences des baisses des notes des dettes souveraines des pays de l'UE.

" Si les conditions économiques et de financement venaient à se détériorer fortement à la suite de nouvelles baisses de notes souveraines, nous nous attendrions à ce que les notes de la plupart des émetteurs de rang investissement grade (Ndlr. De bonne qualité) de la périphérie de l'UE baissent, certaines tombant même dans la catégorie spéculative ", prévient Moody's. (avec AFP)

K.H.

Nos partenaires