La Fed a fait des dégâts en Bourse cette semaine

21/06/13 à 17:35 - Mise à jour à 17:35

Source: Moneytalk

Le marché tablait sur un discours très rassurant, et en définitive la Fed s'est montré très pragmatique et a maintenu sa ligne de conduite.

La Fed a fait des dégâts en Bourse cette semaine

© REUTERS

Cette semaine boursière fut essentiellement marquée par la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) dont les conclusions ont été publiées mercredi soir après la clôture européenne.

Les marchés voulaient croire que la Fed tiendrait une fois de plus un discours très rassurant en indiquant que la fin de son programme de rachats d'actifs n'était pas pour demain. Il n'en fut rien.

Alors que le programme de rachats d'actifs de la Fed a dopé les marchés pendant plusieurs mois en maintenant les taux d'intérêt à des niveaux historiquement bas, Ben Bernanke a prévenu mercredi soir que la banque centrale commencerait à ralentir ses injections de liquidités dans les prochains mois si le redressement de l'économie se confirme.

Déçue par ce discours finalement très pragmatique et en ligne avec les précédents, les marchés ont littéralement dévissés jeudi.

Wall Street a enregistré sa pire séance de l'année lors de ce jeudi noir. L'indice Dow Jones a chuté de plus de 2% après l'évocation par la banque centrale américaine (Fed) d'un possible ralentissement de son soutien massif à l'économie. Il faut remonter au 7 novembre 2012, au lendemain de la réélection de Barack Obama, pour retrouver une chute de plus grande ampleur en pourcentage (-2,36%) et au 9 novembre 2011 en points, quand le Dow Jones avait reculé de 389,24 points (3,2%).

Europe : Barclays - Volkswagen

Sur le front des entreprises, les nouvelles peu réjouissantes se sont succédées cette semaine. Le secteur automobile et le secteur financier britannique en ont fait les frais.

Ainsi, les ventes de voitures neuves sont reparties à la baisse dans l'Union européenne (UE) en mai, malgré les espoirs d'une embellie nés de la première hausse en 19 mois de ces ventes en avril.

Et, les banques britanniques ont pris un bouillon à la suite de la publication des résultats des tests de résistance de la Banque d'Angleterre qui a recalé 5 banques, dont Barclays et Royal Bank of Scotland, devant lever au total 13,4 milliards de livres en plus que les capitaux déjà prévus.

Europe : Saipem - Nordea

Le secteur des services parapétroliers a également tremblé après l'avertissement sur résultats de l'italien Saipem. C'est son deuxième avertissement en moins de cinq mois. L'Italien prévoit désormais une perte nette de 300 à 350 millions d'euros cette année et un profit opérationnel compris entre 650 et 750 millions, alors qu'il visait précédemment un résultat net de 450 millions et un profit opérationnel de 750 millions.

Toujours au registre des baisses, l'actions, Nordea était en net recul alors que l'Etat suédois est en train de placer quelque 6,4% du capital avec une décote qui pourrait dépasser légèrement 4% selon une source proche de l'opération.

Bruxelles : ABInbev - D'Ieteren

A Bruxelles, les actions affichant un bilan hebdomadaire positif n'étaient pas légion.

ABInbev n'en fait d'ailleurs pas partie avec une des plus forte baisse de l'indice sur la huitaine. Son concurrent Heineken a annoncé le prochain lancement d'une nouvelle marque au Mexique, nouveau terrain de jeu de ABInbev depuis le rachat du propriétaire de la marque Corona.

D'Ieteren souffrait pour sa part de son exposition au secteur automobile qui a vu ses ventes tomber en mai à son plus bas niveau depuis 20 ans en Europe.

Bruxelles : Delta Lloyd - BPost

Dans l'indice, Delta Lloyd fait partie des rares actions gagnante de la semaine, mais sans raison particulière.

Hors indice, on notera les premiers pas hésitants de BPost à la Bourse de Bruxelles.

Etats-Unis

Aux Etats-Unis, la réunion de la Fed a éclipsé toute l'actualité des entreprises. Des entreprises qui continuent malgré tout d'afficher des chiffres rassurants. C'était le cas de l'éditeur de logiciels Adobe et le groupe de messagerie FedEx, qui ont fait part de chiffres d'affaires supérieurs aux attentes lors du trimestre écoulé.

Nos partenaires