La peur du dollar faible

30/04/15 à 00:21 - Mise à jour à 00:21

Source: Moneytalk

Bien qu'elles soient ressorties en tête d'un sondage auprès des professionnels de la finance, les actions de la zone euro vacillent ces derniers jour sur fond de forte appréciation de la monnaie unique par rapport au dollar, une tendance guère démentie par la décision de politique monétaire de la Fed.

La peur du dollar faible

© iStock

Le dollar au travers des actions européennes

En avril, les actions de la zone euro ont été les plus plébiscitées par le sondage de l'agence Bloomberg auprès des professionnels de la finance du monde entier pour la première fois depuis sa création en octobre 2009. 35% des répondants estiment qu'elles présentent les meilleures perspectives pour les 12 prochains mois, près du double du sondage de janvier et devant les actions américaines dont les supporters sont passés de 54% à 33%. Les stratégistes épinglent le redressement de l'économie européenne couplé au recul de l'euro, ce qui dope naturellement les résultats des multinationales. Le fonds WisdomTree Europe Hedged Equity Fund cartonne ainsi auprès des investisseurs américains depuis le début de l'année. Concrètement, il investit en actions européennes dans des sociétés recueillant au moins 50% de leurs revenus hors d'Europe et combine cette stratégie avec une couverture du taux de change. Concrètement, cela revient à miser sur les sociétés profitant le plus de la faiblesse de l'euro tout en éliminant le risque de change.

La roue tourne

Ces derniers jours, la roue a toutefois tourné. Les indicateurs d'activité dévoilés à la fin de la semaine dernière sont ressortis en baisse en zone euro alors que les économistes misaient sur une poursuite de la hausse. Et surtout, l'euro a nettement rebondi jusqu'à frôler 1,12 avant le communique de la Réserve fédérale américaine qui a comme attendu noté le ralentissement de l'économie US. La Fed l'attribue surtout aux conditions hivernales mais se montre toutefois un peu plus prudentes, reportant sa première hausse de taux à depuis 2006 à l'automne au plus tôt. Cela contribue à rééquilibrer l'euro et le dollar après une chute de 25% de la monnaie unique en 10 mois.

En savoir plus sur:

Nos partenaires