La stratégie de Vivendi en question

14/03/14 à 17:39 - Mise à jour à 17:39

Source: Moneytalk

Vivendi a finalement décidé de poursuivre les négociations avec Numericable pour la vente de SFR, optant pour le cash à court terme au détriment des synergies à long terme.

La stratégie de Vivendi en question

Destiné à la Bourse, SFR a finalement suscité les convoitises de Numericable, à la recherche d'un réseau mobile pour compléter son réseau câblé, et de Bouygues qui souhaitait ainsi fusionné les numéro 2 (SFR) et 3 (Bouygues télécoms) des télécoms en France. L'offre finale des deux groupes était valorisée à 15,5 milliards mais la composante cash de l'offre de Numericable est supérieure (11,75 milliards contre 11,3 milliards) avec la perspective d'un exit " facilité " à terme de sa participation dans la société combinée. Vivendi n'a donc pas tenu compte des synergies supérieures du projet Bouygues (évaluées à 1,4 milliard annuellement, soit près de 10% du chiffre d'affaires) grâce au rapprochement de 2 opérateurs mobiles, ce qui aurait aussi réduit la concurrence et donc, la pression sur les prix.

Les marchés restent visiblement dubitatifs, le titre Vivendi ayant clôturé la semaine en baisse malgré le relèvement des offres. La stratégie du groupe français n'est il est vrai pas une réussite et ce, ce depuis l'époque du sulfureux Jean-Marie Messier. Fin 2011, Vivendi avait notamment racheté les 44% de SFR qu'il ne détenait pas encore sur la base d'une valorisation globale de 18 milliards. Cela était censé compléter sa stratégie télécoms désormais disloquée puisque Maroc Telecom est en cours de cession et que Vivendi avait cherché à se défaire de l'opérateur brésilien GVT. Le groupe avait renoncé à l'opération faute d'offre suffisante mais a dû acter un plongeon de 17% des bénéfices l'année dernière.

Dans les médias et contenus, Vivendi a cédé l'activité qui fonctionnait le mieux à savoir ActivisionBlizzard, leader mondial des jeux vidéo. À noter qu'Universal Music semble être parvenu à stabiliser ses résultats après de nombreuses années difficiles.

Cédric Boitte

Nos partenaires