Le journal des marchés du 1 août

01/08/11 à 19:00 - Mise à jour à 19:00

Source: Moneytalk

Après une timide remontée, les Bourses européennes ont fini par replonger malgré l'accord intervenu entre l'administration Obama et le Congrès sur un relèvement du plafond de la dette. Les mesures d'économie envisagée ne suffisent toutefois pas pour rassurer sur l'évolution des finances US. De plus, les indicateurs confirment le ralentissement de l'économie US.

BOURSES EUROPEENNES
A Amsterdam, TNT Express s'est toutefois distingué après des trimestriels meilleurs que prévu. Le groupe a réalisé un bénéfice opérationnel de 79 millions EUR au second trimestre contre 77 millions EUR attendu en moyenne par les analystes. A Londres, HSBC a également clôturé en hausse après la publication de ses résultats. La banque britannique a atteint un bénéfice net de 9,2 milliards USD au premier semestre, 36% de mieux qu'il y a un an et largement supérieur au consensus de 7,8 milliards USD.

BRUXELLES HAUSSES A Bruxelles, aucune valeur n'a clôturé en hausse au sein du Bel 20. Hors de l'indice, Barco s'est distingué, sans nouvelle particulière toutefois.

Melexis a également rebondi après son plongeon de près de 10% la semaine dernière suivant l'annonce d'une baisse de 11% de son bénéfice au second trimestre.

BRUXELLES BAISSES Au rang des actions en recul, Bekaert n'est pas parvenu à redresser la barre après son plongeon de 12% vendredi dans le sillage de résultats décevants.

UCB s'est également replié après que les analystes de ABN Amro ont abaissé leur recommandation de conserver à vendre mais ont relevé leur objectif de cours de 27 à 28 EUR.

MARCHES AMERICAINS
Les marchés américains se repliaient à la mi-séance à quelques heures du vote au Congrès qui doit entériner le relèvement du plafond de la dette et les mesures de réductions des dépenses du gouvernement. L'indice ISM manufacturier est par ailleurs ressorti fortement en-dessous des attentes à 50,9 en juillet contre 55,3 en juin et 54,5 attendu par les économistes. Le chiffre de 50 représente la limite entre croissance et contraction de l'activité manufacturière.

MARCHES DES CHANGES
L'euro chutait par rapport au dollar qui jouait le rôle de valeur refuge malgré les doutes sur la santé des finances publiques des Etats-Unis et les indicateurs décevants outre-Atlantique.

En savoir plus sur:

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos