Le point Bourse du 16 février, à la mi-journée

16/02/12 à 13:00 - Mise à jour à 13:00

Source: Moneytalk

Les places boursières européennes reculaient à la mi-séance affectées par les nouvelles tensions sur le dossier grec et par l'annonce de l'agence Moody's qu'elle pourrait abaisser la note des principales banques de la planète.

Le Cac40 limitait ses pertes grâce au bon comportement de quelques valeurs comme Cap Gemini et Renault qui ont publié des chiffres meilleurs que prévu.

AXA

Axa a par contre déçu. Le second assureur européen a vu son bénéfice net chuter de 82% au quatrième trimestre à 325 millions à la suite de dépréciations comptabilisées sur la dette souveraine grecque. Les revenus dans l'assurance vie ont également déçu les analystes.

BBVA

A Madrid, l'ensemble des valeurs bancaires étaient orientées à al baisse à l'image de BBVA après que l'autorité des marchés ait levé l'interdiction des ventes à découvert comme l'avait déjà fait la France et la Belgique en début de semaine.

SOLVAY

Après avoir ouvert en baisse de 4%, Solvay s'est hissé en tête des hausses au sein du Bel 20 à la mi-séance avec un bond de 4%. Les chiffres du groupe ont certes déçu au quatrième trimestre mais les investisseurs ont été rassurés par les commentaires du management.

KINEPOLIS

Hors de l'indice, Kinepolis se distinguait également. L'exploitant de complexes cinématographiques a fait mieux que prévu en 2011 avec une croissance de 6% de son chiffre d'affaires et un bond de 30% du bénéfice net à 36,5 millions EUR.

TESSENDERLO

Tesenderlo dégringolait par contre. Le groupe chimique a certes enregistré une croissance intrinsèque de 9,6% en 2011 et doublé son bénéfice net mais il s'est montré très prudent dans ses perspectives, Tessenderlo évoquant une année de transition.

Les marchés américains ont clôturé en baisse, les valeurs technologiques s'étant retournées à la baisse en seconde partie de séance dans le sillage notamment du recul d'Apple qui est repassé sous les 500 USD. Les chiffres de la production industrielle américaine ont également pesé sur la tendance avec une stagnation en janvier alors que les économistes tablaient sur une croissance de 0,7%.

En savoir plus sur:

Nos partenaires