Le point Bourse du 21 juin, à la mi-journée

21/06/11 à 13:00 - Mise à jour à 13:00

Source: Moneytalk

Les Bourses européennes reprenaient quelques couleurs ce mardi midi après un début de semaine franchement négatif. Les investisseurs semblaient à nouveau confiant quant à une issue favorable à la crise de la dette grecque.

Actions européennes

Les banques étaient donc en mode " rebond " ce mardi en fin de matinée après leur correction de la veille. BNP Paribas et Deutsche Bank entre autre étaient en hausse.

Par ailleurs, au rang des bonnes nouvelles, on notera la belle progression de Nokia à la mi-séance. Le producteur de téléphones portables à présenté son N9 en Asie. Ce " smartphone " dispose d'une nouvelle interface basée sur le software MeeGo de Nokia et a pour mission de concurrencer les Android de Google.

Le groupe chimique, Syngenta était également plébiscité par les investisseurs ce mardi matin. Ce spécialiste des pesticides a indiqué que ses ventes avaient été très soutenues au deuxième trimestre de cette année.

Actions belges hausses

A Bruxelles, la plus forte hausse dans l'indice Bel 20 est à mettre à l'actif de Nyrstar, qui profitait de la hausse du prix des métaux précieux et de son entrée dans l'indice Bel 20.

Hors indice, RHJ International bénéficiait d'achats à bon compte.

Actions belges baisses

La plus forte baisse était celle de Dexia en fin de matinée à Bruxelles. Le groupe bancaire franco-belge évoluait à contre courant de la tendance alors que la crise grecque pourrait bien l'obliger à financer 17 milliards de dollars aux Etats-Unis.

Hors indice, Galapagos était à nouveau en recul.

Bourse US

La Bourse de New York a fini en hausse lundi, les investisseurs se montrant confiants dans les chances de déblocage d'argent frais pour la Grèce afin de lui éviter le défaut de paiement: le Dow Jones a gagné 0,63% et le Nasdaq 0,50%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, l'euro se reprenait mardi à 1,4323 USD, alors que les investisseurs se montrent un peu plus optimistes sur la capacité de la Grèce à voter de nouvelles mesures d'austérité, condition sine qua non au déblocage d'un nouveau plan d'aide indispensable pour éviter une faillite du pays.

En savoir plus sur:

Nos partenaires