Le point Bourse du 23 septembre, à la mi-journée

23/09/11 à 13:00 - Mise à jour à 13:00

Source: Moneytalk

Les Bourses européennes étaient très hésitantes vendredi à la mi-séance, fluctuant autour de l'équilibre dans les premiers échanges, dans un marché très fébrile, hanté par la crainte d'un ralentissement de l'activité en Chine et aux Etats-Unis et la crise des dettes publiques en Europe.


EUROPE Du côté des actions, les banques étaient en très légère progression après leur chute de la veille. Mais il est plus question d'un rebond technique qu'une véritable reprise des banques qui restent sujette à caution alors que la crise européenne est loin d'être résolue. BNP Paribas et Barclays étaient en très légère hausse.

Les sociétés minières étaient toujours en net recul ce vendredi matin alors que les prix des métaux précieux n'arrivaient pas à se ressaisir. BHP Billiton et Rio Tinto étaient en retrait.

Par ailleurs, on relèvera quand même la bonne tenue d'Adidas après les bons résultats de son concurrent Nike.

BRUXELLES HAUSSES Sur la Bourse de Bruxelles, UCB était en tête des valeurs en hausse en fin de matinée après la débâcle de la veille.
Hors indice, Agfa-Gevaert reprenait des couleurs après une semaine difficile.

BRUXELLES BAISSES A Bruxelles, KBC évoluait à contre courant de la tendance dans le secteur bancaire et fermait la marche du Bel 20. La baisse du rating de la banque par Moody's en début de semaine continue de peser sur le capital confiance envers la banque.

Hors indice, Galapagos était sous pression dans de faibles volumes.

MARCHES AMERICAINS
La Bourse de New York a fini jeudi en forte baisse, dans le sillage des marchés européens, les investisseurs exprimant leurs craintes de voir l'économie mondiale plonger en récession: le Dow Jones a perdu 3,51% et le Nasdaq 3,25%.

MARCHE DES CHANGES
Sur le marché des changes, l'euro a dégringolé jeudi à son plus bas niveau depuis huit mois face au dollar et depuis dix ans face au yen. La crise de confiance dans les aptitudes de l'Europe à résoudre la crise des emprunts souverains est à son comble.

En savoir plus sur:

Nos partenaires