Les 5 tuyaux de BNP Paribas Fortis

12/02/14 à 23:26 - Mise à jour à 23:26

Source: Moneytalk

L'équipe d'analystes de BNP Paribas Fortis nous livre leurs 5 actions favorites après les récents remous boursiers.

Les 5 tuyaux de BNP Paribas Fortis

Aegon

En raison de charges non-récurrentes de 2,2 à 2,5 milliards, Aegon a vu sa valeur comptable (fonds propres) baisser de 11% à 12 % et son ratio de levier dépasser la fourchette visée de 26% à 30%. Le management prévoit toutefois de revenir sous 30% pour la fin de l'année. Par ailleurs, ces charges uniques vont mécaniquement augmenter le rendement des fonds propres et les bénéfices de 80 millions en 2014 étant donné qu'elles portent en partie sur des coûts qui étaient auparavant reconnus sur une plus longue période. Avec sa sorte croissance bénéficiaire sous-jacente, Aegon représente un pari idéal sur le tapering de la Fed (taux d'intérêts plus élevés, 70% des bénéfices aux États-Unis). Notre objectif de cours basé sur la valeur comptable est de 8 euros

AB Inbev

Le secteur brassicole a récemment corrigé à la suite de la rotation des investisseurs vers des actifs plus cycliques et des craintes sur les pays émergents, les principaux brasseurs mondiaux réalisant environ 60% de leur chiffre d'affaires dans ces régions. AB InBev recèle les meilleures perspectives pour 2014 : 1) synergies plus importantes que prévu chez Grupo Modelo (prévision d'un milliard de dollars mais probablement plus de potentiel grâce à Corona), 2) stabilisation, voire légère croissance des volumes de bière aux États-Unis et au Brésil (Coupe du Monde de football) représentant environ 75% du chiffre d'affaires, 3) faiblesse des devises émergentes compensée par les économies de coûts, les couvertures et les dettes en devises locales, 4) flux de trésorerie libres colossaux (30 milliards de dollars prévu sur la période 2014-2016) offrant la possibilité d'une hausse du dividende ou de rachat d'actions propres. AB InBev reste une valeur de référence dans un portefeuille diversifié. Notre objectif de cours est de 80 euros.

Swatch

C'est l'occasion idéale pour miser sur Swatch. Le titre vient de connaître quelques mois difficiles et affiche désormais une valorisation intéressante (rapport cours/bénéfices de 16). De plus, la croissance organique demeure soutenue à 7% en 2013 malgré tout ce qui a pu être écrit sur le marché du luxe chinois. Swatch a également indiqué que 2014 avait bien commencé avec un redressement dans l'ex Empire du Milieu.

Novartis

Quatre raisons motivent notre optimisme sur Novartis. 1/ Nous prévoyons que le groupe renouera avec une croissance attractive à partir de cette année (hors effets des taux de change) grâce aux nouveaux médicaments en pharmacie, aux biosimilaires pour Sandoz (numéro 2 mondial des génériques) et au potentiel de redressement des divisions vaccins et produits de consommation. 2/ Le groupe pourrait annoncer de nouvelles initiatives stratégiques dans le cadre d'une revue de ses activités. 3/ Nous nous attendons à des nouvelles positives en matière de résultats, en premier car la concurrence générique pour le Diovan devrait être repoussée à plus tard qu'avril 2014. Novartis prévoit par ailleurs des ventes de 37-38 milliards de dollars pour sa division pharmaceutique en 2017-2018 contre un consensus de 33-34 milliards de dollars. 4/ Enfin, Novartis génère d'importants flux de trésorerie lui permettant de combiner rachat d'actions et dividende en hausse.

Randstad

Randstad est le numéro deux mondial de l'intérim derrière Adecco. La tendance pour le chiffre d'affaires s'est inversée en septembre et cette année devrait être marquée par une accélération de la croissance. Compte tenu du contrôle strict des coûts, de la sous-utilisation actuelle du réseau et des actifs européens repris à USG People, Randstad pourra pleinement profiter de son levier opérationnel sur ses résultats avec à la clé une amélioration des marges et une forte augmentation des flux de trésorerie. Avec plus de 60% de son chiffre d'affaires réalisé en Europe, Randstad permet de miser sur une reprise de la croissance en zone euro, scénario qui propulserait les profits bien au-delà du consensus en 2014 et 2015. Nous visons un cours de 55 euros.

Nos partenaires