Les activistes débarquent en Europe pour le meilleur et pour le pire

09/04/15 à 13:53 - Mise à jour à 13:53

Source: Moneytalk

Aux prises avec le fonds activiste P. Schoenfeld Asset Management (PSAM) depuis plusieurs mois, Vivendi a finalement accéder à sa principale demande d'augmenter la distribution de cash aux actionnaires. L'activisme dope les cours mais menace également l'évolution à long terme des activités.

Les activistes débarquent en Europe pour le meilleur et pour le pire

© BELGAIMAGE

PSAM obtient gain de cause

Très présent aux États-Unis ces dernières années, les fonds activistes ont récemment fait parler d'eux en Europe, notamment chez Vivendi. Leur stratégie consiste traditionnellement à prendre des participations relativement importantes dans des sociétés et de plaider pour des opérations stratégiques comme une scission ou la vente d'une filiale. Du côté de Vivendi, PSAM demandait la vente d'Universal Music, un des deux piliers restant du groupe après la cession par appartements du pôle télécoms (SFR, Maroc Telecom et le brésilien GVT) et de l'éditeur de jeux ActivisionBlizzard. S'il n'a pas obtenu gain de cause sur ce volet, le fonds activiste a par contre réalisé son objectif final : augmenter la rémunération des actionnaires. Vivendi a en effet accepté de verser un dividende exceptionnel de 2 euros par action en supplément du coupon ordinaire de 1 euro et d'un plan de rachat d'action de 2,7 milliards. Au total, le plan de rémunération des actionnaires de Vivendi d'ici mi-2017 est ainsi doté de 8,4 milliards, proche des 9 milliards réclamés par PSAM.

Pérennité menacée

L'arrivée d'investisseurs activistes est favorable au cours concluait l'année dernière l'agence Bloomberg. Les sociétés concernées ont livré en moyenne une surperformance de 17% par rapport à l'indice S&P 500 entre 2009 et 2013 alors qu'elles affichaient une sous-performance moyenne de 8% au cours des 6 mois précédent l'investissement du fonds activiste. Charlie Munger, bras droit historique de Warren Buffett, estime toutefois que ce bénéfice à court terme est largement éclipsé par les dommages à long terme. Selon lui, les fonds activites sont néfastes pour les États-Unis. Dans l'exemple de Vivendi, les fonds distribués aux actionnaires vont notamment fortement limiter sa capacité financière à déployer des nouvelles activités après les cessions des dernières années.

En savoir plus sur:

Nos partenaires