Les Bourses trébuchent à nouveau sur la crise européenne

23/07/12 à 12:07 - Mise à jour à 12:07

Source: Moneytalk

Le secteur bancaire est la première victime de ce retour sur le devant de la scène de la crise financière européenne. KBC perd 9%.

Les Bourses trébuchent à nouveau sur la crise européenne

© REUTERS

Les principales Bourses européennes ont le moral en berne ce lundi. La timide reprise de la semaine dernière dans le sillage de résultats d'entreprises dans l'ensemble meilleurs qu'attendu n'est plus qu'un lointain souvenir.

La crise de la dette européenne revient sur le devant de la scène avec son lot de doutes et de craintes. L'adoption du plan de sauvetage aux banques espagnoles par l'Eurogroupe vendredi n'a en rien atténué le sentiment d'inquiétude et d'urgence pour les finances publiques espagnoles, illustré par la flambée de la dette à dix ans bien au-delà des 7% au moment où les régions autonomes font l'une après l'autre appel à l'aide financière de Madrid, celle de Murcie ayant emboîté dimanche le pas de la communauté de Valence.

La Grèce est également sous pression et l'incapacité d'Athènes à remplir ses objectifs budgétaires réveille le spectre d'une sortie du pays de la zone euro aux conséquences imprévisibles pour la monnaie unique.

Europe

Les valeurs bancaires étaient les grandes perdantes de la matinée alors que la problématique de la crise européenne fait son retour en force sur les marchés. Société Générale perdait près de 7% en fin de matinée et Deutsche Bank, 5%.

Toujours dans le rang des actions en net recul, Eurotunnel lâchait près de 6% après avoir présenté des résultats nettement en-dessous du consensus.

Dans ce climat morose, Philips tire son épingle du jeu après avoir fait état de ventes et de résultats meilleurs que prévu au deuxième trimestre.

Bruxelles

A Bruxelles, pas une seule action du Bel20 n'évoluait dans le vert à la mi-séance. Les plus fortes pertes sont celles de KBC et Ageas qui suivent la tendance européenne et reculent de respectivement 9% et 5%.

Nyrstar était également fortement pénalisée alors que la Chine a déclaré s'attendre à un ralentissement plus marqué que prévu.

Karine Huet

Nos partenaires