Lotus Bakeries : le prix de la rareté

07/11/15 à 18:20 - Mise à jour à 18:20

Source: Moneytalk

En 13 ans, Lotus Bakeries a vu son cours multiplié par 33 grâce à une stratégie misant sur la croissance durable et la rentabilité des marques. Le succès boursier du biscuitier a toutefois propulsé la valorisation des niveaux inédits.

Lotus Bakeries : le prix de la rareté

Nouveau marché

Dernière opération stratégique en date, la prise de contrôle de la jeune société britannique Natural Balance Foods a été unanimement saluée par les analystes et les marchés. L'opération permet au biscuitier flamand de se développer dans le business du "sans" : gluten, sucre, lait. Un segment de marché riquiqui au regard des 5 milliards de spéculoos produits par an mais extrêmement prometteur. Selon une étude de Nielsen, l'utilisation unique de produits naturels est importante pour une personne sur deux et un sur trois est attentif à la quantité de sucre.

Croissance internationale

L'autre axe de croissance de Lotus est l'internationalisation de sa gamme de produits classiques avec le spéculoos (et la pâte à tartiner au spéculoos) en porte-drapeau du made in Belgium. Une expansion internationale visant des pays proches comme le Royaume-Uni ou l'Allemagne mais aussi la Chine et les États-Unis. Combiné aux efforts commerciaux entrepris sur ses marchés les plus importants (Belgique, Pays-Bas, France), notamment pour la marque rachetée Dinosaurus, cela a permis à Lotus d'afficher une croissance de 16,5% de son chiffre d'affaires au premier semestre, dont une croissance organique de plus de 10%.

Trop cher

Lotus Bakeries affiche une croissance bien plus solide que les géants du secteur comme Nestlé ou Mondelez (ex Kraft) dont la croissance tourne autour de 3%-5%. Le biscuitier flamand a ainsi été plébiscité en Bourse, la progression du titre étant renforcé par sa rareté. Même au cours actuelle, le flottant (hors participations de contrôle) de Lotus Bakeries ne vaut toujours qu'un demi-milliard. En conséquence, le rapport cours/bénéfice pour 2015 frôle désormais 30, quasiment le triple du ratio de 2012. C'est également le double de l'indice européen Stoxx 600 Europe. À 1681 euros l'action, la star de Saint-Nicolas n'est donc plus à la portée de toutes les bourses.

En savoir plus sur:

Nos partenaires