Peugeot paie cher pour lever un milliard EUR

06/03/12 à 14:13 - Mise à jour à 14:13

Source: Moneytalk

Afin de lever le milliard d'euros de capital prévu dans le cadre de l'alliance avec General Motors, Peugeot doit consentir une décote de 42%.

Concrètement, les actionnaires actuels pourront acquérir 16 nouveaux titres au prix unitaire de 8,27 EUR par paquet de 31 actions détenues. Cette opération implique donc une décote de 42 par rapport au cours de clôture de ce lundi et une hausse du nombre de titres en circulation de 52%.

Comme on pouvait le craindre après l'officialisation de l'augmentation de capital, l'opération s'avère donc hautement dilutive. C'est le prix à payer pour le deuxième constructeur européen afin de s'assurer une souscription complète. La réussite de l'opération est d'autant plus certaine que la famille Peugeot (qui contrôle plus d'un quart du capital) a déjà annoncé qu'elle y participerait.

Cette levée de fonds n'est par ailleurs pas sans rappeler l'opération réalisée par AB InBev en fin d'année 2008. Malgré l'appui de ses principaux actionnaires, le premier brasseur mondial avait alors consenti une décote de 67% (prix de souscription de 6,45 EUR) afin de lever un peu plus de 6 milliards EUR pour rembourser une partie des prêts contractés dans le cadre du rachat de Anheuser Busch. Le nombre de titres en circulation avait alors plus que doublé et le cours de l'action avait chuté jusqu'à 10 EUR avant de quintupler en un peu plus de 3 ans.

Afin de connaître telle aventure, PSA Peugeot Citroën devra compter sur le succès du partenariat avec General Motors (afin de réduire les coûts) et surtout, résoudre le problème de la surcapacité dans les segments A et B (petites voitures style C1 et 207). Le groupe lui-même évalue cette surcapacité à 20% pour l'ensemble du secteur mais il ne prendra sans doute aucune décision en la matière avant les élections présidentielles françaises de ce printemps.

Passé cette période sensible, PSA Peugeot Citroën prendra selon nous les mesures qui s'imposent. Nous vous recommandons donc le titre à l'achat dans une perspective de long terme.

Cédric Boitte

Twitter : @CedricBoitte

Nos partenaires