Point Bourse de la mi-journée

11/03/10 à 11:22 - Mise à jour à 11:22

Source: Moneytalk

Les Bourses européennes étaient hésitantes en milieu de séance alors que deux statistiques importantes sont attendues cet après-midi outre Atlantique, soit les chiffres du chômage et la balance commerciale.

Du côté des actions, la Bourse parisienne était tiraillée ce matin entre la hausse du groupe de luxe PPR et le net recul de Lagardère. La filiale de distribution africaine CFAO du groupe PPR a pourtant publié ce matin un résultat net part du groupe de 90,3 millions d'euros pour 2009, contre 128,6 millions d'euros en 2008, ce qui est loin d'être bon mais n'est pas sanctionné par le marché. L'action Lagardère est par contre franchement pénalisée par la publication de ses résultats annuels nettement en deça des attentes.

Par ailleurs, à Francfort, K+S était en net recul après la publication de résultats inférieurs aux attentes au titre de l'exercice 2009, en raison de l'impact de la crise économique mondiale sur ses activités de fertilisants. L'agrochimiste allemand a vu son bénéfice net ajusté par action fondre à 56 centimes (contre 5,94 euros en 2008) et son résultat opérationnel chuter de 82% à 238 millions d'euros, inférieur aux 248 millions attendus parle marché.


A Bruxelles, la plus forte hausse de la matinée dans l'indice Bel 20 était à mettre à l'actif de GDF-Suez qui profite de son statu de valeur défensive alors que les marchés étaient hésitants.
Hors indice, Tigenix était toujours bien orienté après avoir annoncé les premières ventes de son ChondroCelec.

Toujours dans le Bel20 mais au rang des actions en recul, UCB était la lanterne rouge du Bel 20 à la mi-séance.
Hors indice, D'Ieteren était victime de prises de bénéfices.


Hier soir, la Bourse de New York a fini sans direction claire, tentant de poursuivre la tendance de ces derniers jours en l'absence d'indicateurs majeurs: le Dow Jones a fini quasi stable (+0,03%) et le Nasdaq a gagné 0,78%.

Sur le marché des changes, l'euro se stabilisait face au dollar jeudi, alors que de bons indicateurs chinois envoyaient des signaux contradictoires, soutenant à la fois les espoirs d'une reprise vigoureuse de l'économie mondiale, et des craintes que le pays pourrait freiner sa croissance.

Nos partenaires