Point Bourse de la mi-journée

31/05/10 à 11:22 - Mise à jour à 11:22

Source: Moneytalk

Les Bourses européennes évoluaient pour la plupart à la hausse, mais restaient proches de l'équilibre à la mi-séance.

La déclaration d'un membre de la Banque centrale américaine selon laquelle la crise européenne devrait inciter les banquiers centraux américains à retarder une hausse des taux d'intérêt rassurait les marchés. Toutefois, les opérateurs étaient aussi confrontés à l'abaissement du rating de la dette espagnole intervenu après la fermeture des marchés vendredi dernier. Les Bourses britannique et américaine étaient fermées aujourd'hui pour cause de jour férié.

Parmi les valeurs en hausse, citons le constructeur automobile allemand Daimler.

Deutsche Bank a relevé son objectif de cours sur le titre de 42 à 50 EUR au motif du dynamisme observé dans sa filiale d'automobiles Mercedes Benz et dans sa filiale de camions.

En revanche, BP était en recul suite au nouvel échec essuyé par le groupe pétrolier dans ses efforts pour enrayer la marée noire causée par une de ses plateformes dans le golfe du Mexique.

Au sein du Bel20, le groupe pharmaceutique UCB bénéficiait d'un avis d'analyste favorable.

KBC Securities a relevé son avis sur le groupe de " conserver " à " accumuler " suite, entre autres, à la récente correction.

Dans le secteur immobilier, signalons les résultats de Retail Estates.

Pour les 12 mois écoulés, ses bénéfices s'élevaient à 3,25 EUR par action, contre 3,17 EUR l'année précédente. Le groupe a relevé son dividende de 3,1%.

Toute une série d'actions cotaient aujourd'hui ex-dividende, ce qui, en partie, pesait sur le Bel20.

Les groupes concernés sont Dexia, Delhaize, D'Ieteren et Immobel.

A l'exception de Dexia, les banques évoluaient dans le rouge, plombées par les craintes persistantes sur la dette européenne, y compris la dette espagnole.

Le marché des actions américaines a clôturé la séance de vendredi dernier sur une note pessimiste, plombé par des statistiques économiques décevantes, notamment sur les dépenses des consommateurs.

L'eurodollar reprenait quelques forces, s'appréciant de 0,29% à 1,2304 USD.

Nos partenaires