Point Bourse de la mi-journée

08/09/10 à 12:01 - Mise à jour à 12:01

Source: Moneytalk

Les marchés européens étaient en recul à la mi-séance tirées vers le bas par le secteur bancaire dont la solidité financière est à nouveau remise en question.

EUROPE

Du côté des actions, le secteur bancaire était sous pression après la publication d'un article du Wall Street Journal mettant en doute la fiabilité des tests de résistance réalisés en Europe sur 91 banques et rendus publics fin juillet. A Paris, Société Générale et le Crédit Agricole étaient particulièrement pénalisés.

National Bank of Greece était également en difficulté dans les premiers échanges. La banque grecque doit lever 2,8 milliards d'euros pour renforcer son capital et compte y parvenir en procédant entre autre à une augmentation de capital.

BRUXELLES HAUSSES

A Bruxelles, les valeurs défensives étaient les grandes gagnantes de la matinée. Belgacom Suez était en tête des hausses dans le Bel 20.

Hors indice, Galapagos était en nette progression. La société biotechnologique a annoncé hier après la fermeture de la Bourse, l'arrivée d'un ex-de Goldman Sachs dans son conseil d'administration : Howard Rowe.

BRUXELLES BAISSES

La plus importante baisse de la matinée dans l'indice Bel 20 est à mettre à l'actif du secteur bancaire. KBC et Dexia fermaient la marche de l'indice bruxellois à la mi-séance.

Hors indice, KBC Ancora, la société holding principalement investie dans KBC était en toute logique en perte de vitesse.

MARCHES US

Mardi soir, la Bourse de New York a fini en baisse effaçant une partie de son rebond du début du mois après des informations de presse réveillant les craintes des investisseurs pour les banques européennes: le Dow Jones a perdu 1,03% et le Nasdaq 1,11%.

MARCHE DES CHANGES

Sur le marché des changes, le franc suisse, qui ne cesse de s'apprécier face la monnaie unique européenne grâce à son statut de valeur refuge, accélérait encore sa hausse mercredi, l'euro passant pour la première fois sous la barre de 1,28 franc. Par ailleurs, l'euro était plus ou moins stable face au billet vert.

Nos partenaires