Que prévoit le baromètre boursier?

19/04/12 à 07:43 - Mise à jour à 07:43

Source: Moneytalk

Le S&P500 s'est replié à 1350 points la semaine dernière. Une séance plus tard, l'indice flirtait à nouveau avec les 1390 points (+3%). La lutte entre acheteurs et vendeurs s'est engagée !

L'indice S&P500, qui dicte la tendance des grandes Bourses mondiales, a tendance à abandonner sa tendance haussière et cela a immédiatement des conséquences sur les indices européens.

Sur le premier graphique, nous voyons clairement le recul à 1350 points et un beau retracement Fibonacci 50%. Nous observons également la formation d'un nouveau canal de tendance (R1-S1). Nous avions déjà écrit précédemment que la tendance resterait nettement orientée à la hausse à condition que l'indice se maintienne au-dessus de 1350 points.

En cas de possible renversement de tendance, il est important de comparer différentes analyses. L'analyse du volume quotidien (= nombre d'actions négociées) est l'une d'entre elles. Dans le cas d'un indice, le volume est déterminé par la somme de tous les volumes de transaction des actions qui en font partie.

Sur le deuxième graphique, nous voyons l'indice S&P500 et, en dessous, le Chaikin Money Flow Indicateur, un indicateur de volume conçu par Marc Chaikin. Lorsque cet indicateur est supérieur à 0,25 ou inférieur à -0,25, on peut attendre une tendance fortement haussière ou baissière. Cet indicateur de volume est très performant pour les actions, mais a tendance à émettre des signaux trop tard concernant le S&P500 : le signal de vente de juillet 2011 et le signal d'achat de janvier 2012 auraient gagné à être un peu antérieurs.

Le Chaikin Money Flow Indicator n'est cependant pas une exception. Si nous souhaitons analyser correctement les indices boursiers sur la base du volume, il est préférable d'étudier toutes les valeurs sous-jacentes de cet indice. Et pas avec un seul, mais avec plusieurs indicateurs de volume. Heureusement que nous disposons d'ordinateurs, car à la main, c'est mission impossible.

Le troisième graphique montre un tel indicateur : le baromètre de volume de l'indice S&P500. Les 500 actions de l'indice S&P500 se voient chacune attribuer des points sur la base de cinq indicateurs de volume. Le résultat est indiqué par une ligne rouge et une ligne verte. Nous avons donc une idée du nombre d'actions de l'indice S&P500 orientées à la hausse ou à la baisse.

L'écart entre les deux courbes est représenté par un histogramme. C'est la courbe noire sur le graphique. Si l'histogramme est au-dessus de zéro, la situation est favorable pour la majorité des actions de l'indice S&P500 : le baromètre est positif.

Indice et baromètre ont atteint un plancher (A) en août 2011. Six semaines plus tard, l'indice baissait à nouveau (B), mais le baromètre restait largement au-dessus de son plancher précédent. Une telle configuration est un puissant signal d'achat (BUY), car la tendance de l'indicateur ne suit plus celle du graphique du cours. Nous appelons ce phénomène "divergence". Le baromètre est clairement positif depuis décembre 2011 (indiquée par la zone en vert).

Si l'indice S&P500 se maintient au-dessus de 1350 points et le baromètre du volume progresse à nouveau, le volume sera positif pour la majorité des 500 plus grandes actions européennes.

Si le baromètre baisse, nous réduirons notre portefeuille : nous vendrons toutes les actions qui passent sous leur ligne de support. Si le baromètre est négatif, les moyens libérés ne sont pas utilisés pour acheter d'autres actions car "une marée qui baisse emporte à la fois les grands et les petits navires"!

Paul Gins

Directeur de CompuGraphics sa

Editeur de TransStock et www.beursgrafiek.be

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos