Retour sur un an de conseils

24/04/13 à 18:16 - Mise à jour à 18:16

Source: Moneytalk

AccioZ revient cette semaine sur quelques conseils donnés au cours des 12 derniers mois.

Retour sur un an de conseils

© REUTERS

Vous aviez recommandé deux fois Sanofi à l'achat en mai et en décembre dernier. Le titre s'est très bien comporté. Le recommandez-vous toujours à l'achat ?

Clairement, Sanofi n'est plus une valeur à l'achat. Les nouvelles ont certes été globalement avec notamment le report de la commercialisation de l'insuline Degludec aux États-Unis, concurrente du Lantus de Sanofi. Mais le groupe français a également indiqué que ses bénéfices reculeraient encore cette année alors que l'on espérait initialement que 2013 soit l'année du changement de cap. Fondamentalement, le titre demeure intéressant et pourrait être conservé dans une perspective de long terme mais nous craignons qu'il ne subisse une correction temporaire avant d'atteindre notre objectif de cours de 91 euros d'ici la fin 2014.

Toujours dans le secteur médical, TiGenix, que vous aviez conseillée à l'achat en mars, a fait l'actualité en début de semaine ?

La société biotechnologique a en effet publié les très attendus résultats de phase 2a pour son traitement de la polyarthrite rhumatoïde réfractaire. L'étude a pu confirmer le profil de sécurité mais les chiffres concernant l'efficacité étaient quelque peu décevants. À noter que le traitement pourrait être développé pour d'autres maladies comme le lupus. Cela signifie globalement qu'il faudra sans doute se montrer plus patient avant que le titre puisse atteindre notre objectif de cours de 1,50 euro.

Vous aviez recommandez Google à l'achat en juin dernier. Depuis le titre a largement dépassé votre objectif de cours de 660 dollars. Est-il temps de prendre ses bénéfices ?

Clairement oui. Le célèbre moteur de recherche a retrouvé grâce aux yeux des investisseurs dans le sillage notamment du succès d'Android dans les smartphones. Les marchés ont également salué la présentation de ses lunettes à réalité augmentée qui devraient être commercialisées à la fin 2013. En Bourse, Google cote désormais 23 fois son bénéfice des 12 derniers mois, ce qui nous pousse à recommander aux investisseurs de prendre leurs bénéfices.

À la vente, vous aviez notamment recommandé Euronav en juin dernier, faut-il toujours éviter ce titre ?

Le groupe a poursuivi sa dégringolade depuis, le secteur des tankers pétroliers se caractérisant par une importante surcapacité à la suite de la livraison des navires commandés avant la crise. Ce problème de surcapacité est aggravé par une économie mondiale tournant au ralenti par rapport à 2006 et 2007, ce qui pèse sur la demande de pétrole tandis que celle de transport pétrolier est également affectée par la production d'or noir en Amérique du Nord qui réduit les volumes sur la longue route Moyen-Orient / États-Unis. Mieux vaut donc éviter Euronav.

Toujours dans le secteur maritime, vous aviez également conseillé de vendre Exmar en février dernier ?

En effet. Le titre de l'exploitant de tankers gaziers a depuis entamé un mouvement de correction alors que les tarifs d'affrètement de tankers LPG et ammoniac sont en baisse depuis quelques mois en raison de l'évolution de la conjoncture et aussi d'uen hausse de l'offre. AU niveau des VLGC, les plus grands tankers gaziers, pas moins de 22 nouveaux navires doivent être livrés cette année représentant 15% de la flotte fin 2012. Notre conseil reste donc de vendre.

www.accioz.be

Nos partenaires