Retournement de tendance pour le secteur de l'uranium ?

26/01/12 à 11:20 - Mise à jour à 11:20

Source: Moneytalk

Après une semaine spectaculaire, la plupart des actions des producteurs d'uranium s'échangent 25 % au-dessus de leur niveau d'il y a sept jours. Phénomène temporaire ou retournement de tendance 11 mois après la catastrophe nucléaire au Japon ?

Depuis la catastrophe nucléaire au Japon, seule une poignée d'actions liées à l'uranium - Hathor par exemple - ont pu se maintenir ou poursuivre leur progression. Tout comme de nombreux autres secteurs, la plupart des valeurs de ce secteur ont enregistré leur plancher en octobre 2011. Mais lors de chaque rebond boursier intervenu depuis novembre, des actions liées à l'uranium figuraient parmi les plus fortes progressions : un premier signal positif.

La semaine dernière, le phénomène s'est enfin amplifié après plusieurs informations positives :

•augmentation de 45 % du chiffre d'affaires d'Uranium One en 2011 ;

•bons résultats publiés par Paladin et Denison Mining ;

•signature d'un contrat entre la Chine et l'Arabie saoudite dans le domaine du nucléaire ;

•nouveau record en matière de capacités nucléaires atteint par le Brésil en 2011 ;

•augmentation des investissements de Cameco en Australie ;

•...

Pourtant, le prix de l'uranium fluctue toujours entre 50 et 55 dollars la livre depuis septembre 2011. Nous n'assisterons à une véritable percée des actions liées à l'uranium que lorsque le prix de l'uranium repassera au-dessus de 55 dollars la livre. Et une baisse de l'uranium sous 50 dollars la livre risque d'anéantir la récente hausse. Si nous tenons compte de la courbe de l'offre et de la demande d'uranium, nous pouvons estimer, compte tenu des mesures antinucléaires prises au niveau politique et de l'effet Fukushima en général, que l'uranium franchira plutôt la barre des 55 dollars que celle des 50 dollars la livre.

Parmi une sélection de 120 actions liées à l'uranium, voici les 10 plus fortes progressions (sur deux semaines) avec un volume de transactions journalier minimum de 100.000 USD.

Après la forte hausse de la semaine dernière, la plupart des actions précitées se négocient au niveau de leur résistance. Pour investir, il est préférable d'attendre une correction de 50 % entre le niveau de support et le niveau de résistance (voir tableau). Si le cours se maintient plusieurs jours au-dessus de la résistance, nous pourrons (r)acheter. Nous placerons alors le stop-loss (= le niveau où nous nous désengageons) 5 % sous cette résistance.

Le tableau se concentre les plus fortes progressions car nous privilégions comme toujours les valeurs les plus fortes d'un secteur. C'est pourquoi, si nous en avons la possibilité, il est utile de procéder à une analyse similaire de tous les secteurs chaque mois.

Sur le graphique du producteur d'uranium Denison Mining, coté sur la Bourse de Toronto, nous voyons clairement la sortie du canal baissier et la forte hausse des cours jusqu'à la résistance à 1,92 CAD.

Le graphique de l'uranium met en évidence la consolidation (R1/S1) depuis septembre 2011. Le cours va quitter ce canevas tôt ou tard, mais malgré le prix actuel de l'uranium, de nombreuses actions liées à cette matière première sont déjà très performantes tant sur le plan fondamental que sur le plan technique.

Paul Gins, Compugraphics

Nos partenaires