Rio Tinto limite les dégâts

08/08/12 à 11:16 - Mise à jour à 11:16

Source: Moneytalk

Le troisième groupe minier mondial a clôturé le premier semestre sur un bénéfice net en chute de 22% à la suite essentiellement du ralentissement économique de la Chine. Rio Tinto a toutefois fait mieux que le consensus.

Rio Tinto limite les dégâts

Sur 6 mois, Rio Tinto a dégagé un bénéfice net de 5,9 milliards de dollars contre 7,6 milliards au premier semestre 2011. Les analystes ne tablaient toutefois que sur 5,1 milliards de dollars. Avec un bénéfice net en baisse de 22%, Rio Tinto fait également mieux que Xstrata qui a vu ses profits chuter de 33% au semestre écoulé.

Le repli des bénéfices s'explique par la poursuite de la hausse des coûts et surtout, la baisse du prix des métaux dans le sillage du ralentissement économique en Chine (premier consommateur mondial de métaux). Le prix spot du minerai de fer, qui représente plus de 80% des bénéfices du groupe, a ainsi chuté de 21% en glissement annuel à la clôture du semestre.

Les perspectives à court terme demeurent difficiles, le prix spot du minerai de fer s'étant de nouveau replié de 13% depuis la fin juin. Cela n'empêche toutefois pas Rio Tinto de continuer à investir dans ses projets d'extension. Il compte y consacrer pas moins de 16 milliards de dollars cette année, dont 4,5 milliards rien que pour son gisement de minerai de fer Pilbara en Australie. Le management estime en effet que les perspectives à long terme demeurent favorables.

Il est vrai que les prévisions à long terme laissent apparaitre un besoin accru de métaux, notamment de minerai de fer, mais il est d'ores et déjà acquis que la croissance de la demande sera moindre qu'au cours de la dernière décennie. Les prix ne devraient donc pas connaître d'envolée similaire. Et à court terme, ils risquent de rester sous pression jusqu'à ce que l'économie chinoise se stabilise.

Cédric Boitte

www.accioz.be

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos