Twitter inquiète déjà

12/11/13 à 17:07 - Mise à jour à 17:07

Source: Moneytalk

Après une introduction en Bourse largement sursouscrite et une envolée de près de 100% durant les première heures de cotation, Twitter accuse déjà le coup, l'euphorie de l'arrivée sur les marchés étant atténuée par les énormes défis qui attendent le groupe.

Twitter inquiète déjà

Le réseau des gazouillis a réussi haut la main son introduction en Bourse dont le prix n'a cessé d'être revu à la hausse jusqu'à 26 dollars contre un plus bas envisagé il y a quelques semaines à peine de 17 dollars. Dès les premières heures de cotation, le titre s'envole jusqu'à plus de 50 dollars lui conférant une capitalisation de près de 28 milliards de dollars.

Ce lundi, Twitter est toutefois repassé brièvement sous les 40 dollars et affiche désormais une valorisation de 24 milliards de dollars. Largement inférieure aux 112,5 milliards de dollars de Facebook mais Twitter ne compte également que 232 millions d'utilisateurs contre 1,3 milliard pour le plus grand réseau social de la planète. À noter que chaque utilisateur du réseau des gazouillis est valorisé à 105 dollars contre 87 dollars pour Facebook.

Évidemment, le potentiel de croissance de la base d'utilisateurs de Twitter est supérieur mais le nouveau venu en Bourse a encore tout à prouver sur le plan financier. Il ne devrait ainsi dépasser le cap du milliard de dollars de chiffre d'affaires que l'année prochaine tout en restant déficitaire. Comparativement, Facebook avait déjà dégagé un profit de plus d'un milliard de dollars en 2011, année précédant son introduction en Bourse, et devrait atteindre un profit de près de 3 milliards de dollars en 2014 selon les analystes.

Pour justifier son cours, Twitter devra donc conjuguer croissance du nombre d'utilisateurs, augmentation de ses revenus par utilisateur et amélioration de sa rentabilité tout en affrontant une concurrence de plus en plus forte dans le domaine de la publicité en ligne, à commencer par la galaxie Google (moteur de recherche, Gmail, cartes, Youtube, Android, etc.).

Cédric Boitte

Nos partenaires