Un investissement sûr à 10 ans à... 1,50 % !

07/06/12 à 17:32 - Mise à jour à 17:32

Source: Moneytalk

Le vendredi 1er juin, le taux à dix ans plongeait sous 1,5 %, l'or gagnait 4 % en une seule séance à la publication des taux de chômage aux États-Unis et les écrans des cours d'actions se paraient de rouge.

Cela faisait 200 ans que les taux américains n'avaient plus été aussi bas. Pour les taux anglais, nous pouvons rajouter un siècle de plus. Nous avons droit à des statistiques de chômage presque chaque semaine, mais les dernières ont été la goutte qui a fait déborder le vase.

L'incertitude est à son comble !

Et l'incertitude est le poison qui fait trembler le monde financier. Rappelons-nous la crise irakienne. Les marchés financiers étaient restés englués dans une spirale baissière jusqu'au matin où les premiers avions de chasse ont commencé à survoler l'Irak !

Le report des élections grecques au 17 juin n'était pas une bonne idée. Mais le résultat obligera tout le monde à prendre une décision. Pourtant, l'Europe, troisième économie mondiale, n'est pas la seule source d'incertitude. L'Inde, la Chine et les États-Unis sont également confrontés à des problèmes.

Le vendredi qui a suivi la publication des chiffres du chômage US, les gestionnaires de capitaux se sont mis en quête de sécurité. L'énorme demande d'obligations publiques américaines a fait plonger le taux à dix ans à 1,46 %. Un niveau inférieur aux dividendes que versent chaque année de nombreuses entreprises cotées en Bourse !

Les investisseurs ont conclu que la Banque centrale américaine devrait à nouveau injecter de l'argent dans le système (QE3). L'or s'est dès lors envolé, car une QE3 " dilue " la valeur de l'argent et augmente le risque d'inflation.

Conseils aux investisseurs déboussolés

L'influence des principaux indicateurs ne peut être contrôlée qu'après trois séances de Bourse.

Contrôlons l'indice S&P500, qui dicte la tendance pour les actions du monde entier.

Le 9 avril, nous écrivions : si l'indice tombe sous 1340 points, nous le voyons baisser jusqu'à 1290 points. Nous y sommes à présent et les prochains supports se trouvent désormais à 1250 et 1190 points (voir graphique 1). La tendance du S&P500 s'est affaiblie et cela fait un mois qu'une action n'a plus été assortie d'un avis " acheter dans la tendance ".

Sur Euronext Bruxelles et Amsterdam, seules cinq actions se voient encore accoler l'avis " conserver dans la tendance ". Et sur les 800 actions que compte Euronext Paris, nous n'en recensons que 35.

Conseil : continuez d'accumuler des liquidités ; n'achetez que quelques actions à contre-tendance en respectant scrupuleusement le stop-loss.

Contrôlons le cours de l'or par l'analyse COT. Pour rappel, le COT-NPI (Net Position Index) indique quand les producteurs sont vendeurs ou acheteurs. Nous écrivions le 2 avril dernier que tant que le COT-NPI reste au-dessus des 95 points, le support (S1) demeure une fenêtre d'entrée. Le COT-NPI fluctue toujours entre 95 et 100 % (voir graphique 2).

Le HUI, le principal indice des mines d'or, se trouve dans un canal baissier, à 30 % de son sommet d'octobre 2011. Mais l'indice n'a cessé de grimper ces trois dernières semaines et s'est montré plus performant que l'indice général des actions.

Conseil : les mines d'or et d'argent sont intéressantes pour ceux qui recherchent des actions à contre-tendance.

Contrôlons les bons du Trésor américain à dix ans(*), la principale référence pour les obligations.

Pour nous, des investisseurs qui tournent le dos aux actions et à l'euro, préférant accepter un taux de 1,46 % pour un investissement à dix ans, sont clairement en proie à la panique !

Conseil : suivez la hausse des bons du Trésor et n'envisagez une position vendeuse qu'en cas de confirmation d'un renversement de tendance (voir graphique, également avec analyse COT-NPI).

" Never Fight the Trend ! "

Paul Gins

Directeur CompuGraphics sa

éditeur de TransStock et www.beursgrafiek.be

(*) Lorsque le cours des bons du Trésor augmente, le taux baisse. Un investisseur qui attend une hausse des taux adoptera dès lors une position vendeuse sur les bons du Trésor. Il le fait à l'aide d'un tracker ou d'un future.

Nos partenaires