Une entreprise sur cinq publie des résultats biaisés

22/12/15 à 00:39 - Mise à jour à 06/01/16 à 23:14

Source: Moneytalk

Seconde enquête sur les comptes d'IBM, redressement chez Tesco, scandale chez Toshiba, Valeant surnommé " Enron de la pharmacie " et désormais, les dettes de Casino. Les manipulations avérées ou supposées des comptes se sont multipliées cette année, faisant écho à une sulfureuse enquête de 2012.

Une entreprise sur cinq publie des résultats biaisés

© iStock

Fin de l'immunité comptable

Au début des années 2000, les Bourses étaient secouées par une vague de scandales comptables : Enron, Worldcom, Parmalat, Lernout & Hauspie. S'en est suivi un durcissement de la réglementation au niveau comptable, notamment au travers de la loi Sarbanes-Oxley aux États-Unis. L'éclatement de la crise cinq ans plus tard a toutefois bouleversé la priorité des régulateurs. Ce n'est que l'année dernière que le gendarme boursier américain a de nouveau consacré davantage de moyens aux fautes comptables avec à la clé un bond de 30% du nombre d'enquêtes.

20% de rapports biaisés

Pourquoi continuer à manipuler ses comptes après tant de scandales ? Les Directeurs financiers (CFO) interrogés sont quasiment unanimes : influencer le cours de Bourse. De cette enquête de 2012 réalisée par 4 professeurs des prestigieuses Duke University et Emory University auprès de 169 CFO de sociétés américaines cotées, retenons également que les CFO admettent qu'environ 20% des entreprises publient des résultats biaisés pour chaque période comptable avec une manipulation représentant de l'ordre de 10% des résultats. Les méthodes sont nombreuses et ont principalement pour objectif de coller aux attentes des analystes en les dépassant régulièrement un peu.

Des chiffres ajustés vers le haut

Ces manipulations concernent les résultats suivant les normes américaines (GAAP) ... mieux encadrés que les chiffres ajustés de plus en plus mis en évidence par les sociétés cotées. Au cours des 4 derniers trimestres, l'écart entre bénéfices ajustés et GAAP a atteint près de 23%. Le gendarme boursier américain a mis sur pieds une task force pour examiner l'usage des données ajustées mais sans réel impact jusqu'à présent.

En savoir plus sur:

Nos partenaires