Une semaine indécise

16/02/13 à 00:27 - Mise à jour à 00:27

Source: Moneytalk

Les Bourses ont connu une dernière séance à l'image de l'ensemble de la semaine, c'est-à-dire hésitante. Les investisseurs semblent ne pas savoir comment se positionner en raison notamment de la fermeture durant toute la semaine des marchés chinois pour cause de nouvel an chinois.

Une semaine indécise

© REUTERS

Plus globalement, les marchés doutent de la poursuite du rally des 8 derniers mois alors que l'économie mondiale a fortement ralenti avec une contraction du PIB au quatrième trimestre aux États-Unis, au Japon, en France ou en Allemagne notamment. Nous pouvons également constater des échéances importantes approchent avec à la fin février les élections anticipées en Italie et normalement l'arrivée à échéance du report de 2 mois des coupes automatiques dans le budget public américain.

Europe : Novo Nordisk - Sanofi

Novo Nordisk a lourdement chuté après que la FDA ait recalé son Tresiba, une nouvelle insuline qui avait pourtant reçu le feu vert des autorités sanitaires européennes et japonaises. Le groupe danois devra fournir des données supplémentaires concernant les risques cardiaques, ce qui reporte la commercialisation aux États-Unis à 2015 au mieux.

Cette nouvelle fait le bonheur de Sanofi qui conservera ainsi son leadership sur le marché le plus rentable de la planète avec son insuline Lantus.

Europe : L'Oréal-PPR

Le luxe reste visiblement un secteur porteur. L'Oréal a ainsi fait état d'une hausse de 17,6% de son bénéfice net en 2012 à 2,9 milliards d'euros. Le leader mondial des cosmétiques a de plus annoncé le relèvement de 15% de son dividende à 2,30 euros par action et un plan de rachat d'actions propres de 500 millions au premier semestre.

PPR a pour sa part publié des résultats solides avec une hausse de 20,8% de son chiffre d'affaires récurrent. Son bénéfice net a également bondi de 28,2% à 1,27 milliard d'euros hors Fnac et Redcats qui vont être respectivement introduit en Bourse et cédé. Le groupe de plus maintenu son objectif d'un chiffre d'affaires de 24 milliards en 2020 contre à peine 10 milliards l'année dernière.

Bruxelles : AB InBev - KBC

AB InBev et KBC ont largement soutenu le Bel 20 la semaine dernière, ce qui a permis à l'indice bruxellois de se distinguer au niveau européen. Le premier brasseur mondial a proposé de nouvelles cessions afin d'obtenir le feu vert des autorités de la concurrence américaines dans sa tentative de reprise du brasseur mexicain Grupo Modelo. Ces ventes s'effectuent suivant un multiple de 9 fois l'ebitda alors que AB InBev débourse 18 fois l'ebitda de Modelo pour mettre la main sur les 50% qu'il ne détient pas encore.

KBC a pour sa part annoncé le versement d'un dividende de 1 euro brut par action après la publication d'un bénéfice net de 612 millions d'euros en 2012 contre un profit symbolique de 13 millions en 2011.

Bruxelles Telenet - Ablynx

Telenet a clôturé l'année 2012 sur un chiffre d'affaires de 1,49 milliard en hausse de 8%. Le groupe a notamment doublé son nombre d'utilisateurs mobiles sur 12 mois à 521 600, Telenet utilisant pour rappel le réseau de Mobistar. Son bénéfice opérationnel a même bondi de 19% à 389,7 millions et son bénéfice net a doublé à 33,2 millions. Les investisseurs ont toutefois surtout apprécié l'annonce d'une prochaine distribution de 7,90 euros par action.

Hors indice, Ablynx s'est envolé la semaine dernière à la suite de bons résultats scientifiques concernant l'étude clinique de phase 2a pour un candidat-médicament (l'ALX-0061) prometteur contre la polyarthrite rhumatoïde.

États-Unis : tendance - Heinz

À l'image de l'Europe, la tendance est restée mitigée aux États-Unis, le S&P 500, l'indice élargi américain, n'est ainsi par parvenu à aligner une septième semaine de hausse consécutive. À noter le retour des grandes opérations en fin de semaine avec la fusion entre US Airways et American Airlines ainsi que le rachat de Heinz par Berkshire Hathaway et 3G Capital pour 23 milliards de dollars. Au niveau économique, la baisse de 368 000 à 341 000 des inscriptions hebdomadaires au chômage a été compensée par le recul de 0,1% de la production industrielle US en janvier..

Nos partenaires