"Vendez tout"

12/01/16 à 17:02 - Mise à jour à 17:02

Source: Moneytalk

Le message d'Andrew Roberts et de l'ensemble de l'équipe de stratégistes obligataires de Royal Bank of Scotland est clair : le seul objectif pour l'investisseur en 2016 doit être de ne pas perdre d'argent. Les actions vont chuter de jusqu'à 20%, le baril de pétrole se dirige vers les 16 dollars.

"Vendez tout"

© istock

Il est encore temps de vendre

Après plusieurs gourous et les analystes techniques d'UBS, c'est autour des stratégistes de Royal Bank of Scotland (RBS) d'appeler les investisseurs à la prudence. Ils soulignent notamment la nécessité d'anticiper tout mouvement de panique : " les portes de sorties sont toujours trop petites dans un hall bondé".

La Chine et la Fed

Concrètement, Andrew Roberts et ses collègues s'attendent à voir la crise en Chine s'aggraver en raison d'une accumulation de dettes conséquente et rapide (entre 2009 et 2014), le signal d'une mauvaise utilisation du crédit. Les difficultés de la deuxième économie mondiale traverseront les marchés occidentaux d'autant plus aisément que l'ensemble de l'économie mondiale pâtit d'un excès de dettes et que le relèvement de taux par la politique de la Réserve fédérale américaine pourrait déstabiliser une économie américaine déjà fragilisée.

Chute (quasi) généralisée

Sur les actions, les pertes devraient ainsi atteindre de 10% à 20% tant en Europe qu'à Wall Street cette année. Aucune amélioration n'est attendue pour les obligations à haut rendement qui sotn sous pression (en dollars) depuis l'été 2014. Les matières premières devraient poursuivre leur dégringolade, le pétrole risquant de plonger à 16 dollars, un objectif encore plus bas que les 20 dollars évoqués par Goldman Sachs et Morgan Stanley.

Des Bunds sûrs ... et rentables

Dans un tel contexte, les stratégistes de RBS conseillent de se replier sur les obligations de qualité comme les Bunds allemands ou les Bons du Trésor américains. Les taux sont certes extrêmement bas mais l'investisseur pourrait réaliser une plus-value en cas de chute des taux (qui évoluent inversement au cours) sur les marchés. La recherche de valeurs refuges pourrait ainsi pousser le rendement du Bund à 10 ans jusqu'à un plus bas de 0,16% contre 0,55% actuellement selon RBS.

Nos partenaires